Aller au contenu principal

Crise
Les jeunes : premières victimes de la crise bovine

A Courcy, Emilie Lecesne s’est installée en 2007 en viande bovine. A 27 ans, elle subit de plein fouet les difficultés de la filière. Entre la FCO et la chute des cours, la trésorerie se tend. 2009 sera un tournant pour l’exploitation. Témoignage.

En 2006, la conjoncture bovine semble favorable. Emilie Lecesne décide de reprendre l’exploitation familiale. Elle réoriente cependant la ferme. Finis les moutons, place aux vaches allaitantes : “à cette époque, la filière ovine est dans un état catastrophique. Aujourd’hui, j’ai peur que la viande prenne le même chemin”. Les difficultés s’enchaînent pour la jeune agricultrice. “Les cours des broutards sont tombés à 530 euros, mais il n’est même plus question de parler de prix. La filière est bloquée. Je produis des Salers. Elles partent traditionnellement vers l’Italie ou l’Espagne. A cause de la FCO, les frontières sont bloquées”.

Besoin de flexibilité
de l’administration

Autre piste pour vendre sa marchandise : l’Algérie. Cette fois-ci, l’IBR bloque ce débouché. “Il faut deux ans pour avoir sa qualification indemne d’IBR. La campagne de prophylaxie débute le 15 décembre. Le temps d’obtenir les résultats, le bateau sera parti. Paradoxalement, les tests sont réalisés sur des vaches de plus de deux ans, alors que les animaux exportés vers l’Afrique ont moins de deux ans”. Résultat sur deux ans : 35 broutards n’ont pas quitté l’exploitation. S’y ajoute un reliquat de 60 brebis invendues. Le cercle vicieux débute. Son chargement excède les 2 UGB, bien au-delà des 1,4 requis. “La Direction départementale de l’agricul-ture pousse à vendre des broutards. Moi aussi, j’aimerais les vendre ! J’espère que l’administration fera preuve de flexibilité. Sur mon exploitation, la prime à l’herbe représente 5 000 euros”, témoigne Emilie Lecesne.

Des frais, pas de recette
Sa situation financière se tend. Avec des recettes en chute libre, elle devra nourrir plus d’animaux. Soit plus de 2500 euros par mois. “Et je ne pourrai pas tous les loger. Douze d’entre-eux passeront l’hiver dehors”. La jeune agricultrice survit. Depuis son installation, Emilie Lecesne vit chez ses parents et n’a pas effectué de prélèvement personnel. “Mais cela ne suffira pas. Bientôt, je devrais payer plein pot mes cotisations MSA et mes échéances de prêt”. L’agricultrice reste dans l’expectative. “Financièrement, je ne tiendrai pas longtemps. Tous les matins, je me demande si le tracteur va démarrer. Je n’ai pas réalisé les investissements nécessaires, mes conditions de travail sont loin d’être optimales. Cette situation est partagée par de nombreux jeunes agriculteurs. Nous avons besoin d’une modulation des aides. Si l’on ne fait rien, je crois que le monde de l’élevage entraînera les céréaliers dans sa chute”.

V.M.

FCO : des frais supplémentaires

 

"J’ai vacciné contre le sérotype 8. Les prix de vaccination ne sont pas plafonnés. Les vétérinaires appliquent leurs tarifs. Tous les éleveurs ne sont pas égaux. J’ai déboursé 3 euros par vaccin, deux euros restent à ma charge. Nous risquons de devoir vacciner contre le sérotype 1. Mais financièrement, combien d’éleveurs le pourront encore ?”, s’interroge Emilie Lecesne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Un accord a été signé pour 425 €/1 000 litres en moyenne nationale sur les quatre premiers mois de l'année. Les discussions continuent sur la formule de prix.
Accord avec Lactalis : le combat de l'Unell continue
Après plusieurs semaines de tensions et d'incertitudes, depuis décembre 2023, l'Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Soirée conviviale mais aussi l'occasion de faire plus ample connaissance entre élus ou délégués du Cerfrance Normandie Ouest (Calvados et Manche). Pour la petite histoire, la OLA d'avant match n'a pas suffi. Le Caen HB (dont le Cerfrance Normandie Ouest est partenaire) s'est incliné d'un petit but (35 à 36) et devra encore se battre pour assurer son maintien parmi l'élite.
Le Cerfrance Normandie Ouest lance sa nouvelle mandature
C'est à l'occasion du match de hand-ball Vikings contre Massy, vendredi 19 avril 2024 au Palais des Sports de Caen, qu'Antoine…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Publicité