Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Enseignement
Les métiers de la forêt passent aussi par Giel (61)

Si la forêt vous tente, tentez le lycée professionnel Giel Don Bosco. Il vous y conduira. 

A l’heure où la cloche de fin d’année scolaire va sonner, il est grand temps pour les collégiens et lycéens de se pencher sur la rentrée 2010/2011. Petit détour à l’institut Giel Don Bosco, profondément ancré dans le paysage bas-normand.

Représentatif du terrain
Nous nous inscrivons dans un schéma représentatif du monde agricole. Il faut rester en adéquation avec le terrain”. Petite phrase presque anodine prononcée par Sébastien Lerondel, directeur de l’établissement, mais qui résume à elle seule la politique maison. Non, l’institut ne rame pas à contre-courant. Il ne cherche pas non plus a emboîter le pas du politiquement et médiatiquement correct en verdissant à outrance tous ses cursus de formation. La ferme du lycée se fond dans le paysage régional : 100 ha de SAU dont 40 de prairies, un troupeau laitier de 60 Normandes pour
un quota de 400 000 l, un atelier porc naisseur/engraisseur de 70 truies... Ici, on cherche la performance technique et économique sans délaisser pour autant les questions environnementales. C’est peut-être ça le durable ?
Alors bien sûr, vous croiserez au cours de votre visite un âne ou une chèvre mais c’est pour le fun. Des mascottes en quelque sorte ou plus exactement des outils pour fixer l’attention de plusieurs dizaines de primaires des écoles environnantes qui viennent chaque année en visite. Car Giel Don Bosco, c’est aussi une ferme pédagogique. Sa contribution à la défense de l’image de l’agriculture.

400 élèves et encore des places disponibles
L’établissement comptabilise 400 élèves environ. “50 % de filles et fils d’agriculteurs dans la filière agricole”, précise Sébastien Lerondel. Les autres viennent d’Argentan, Flers, Falaise (...), les racines sont souvent rurales aussi. “90 % de garçons. 10 % de filles, dommage qu’il n’y en ait pas plus”. Dommage aussi que certains métiers qui recrutent n’attirent pas plus les nouvelles générations. “C’est une aberration sociologique et économique. J’ai presque toutes les semaines des chefs d’entreprise du secteur forestier qui m’appellent. Ils cherchent des jeunes. Ils n’en trouvent pas”, lâche Sébastien Lerondel. Alors à son tour de passer un appel. Son établissement propose un Bac pro gestion et conduite des chantiers forestiers. Il y a de la place avec la certitude de trouver un emploi à la clé. 
Pour les autres filières, pas de difficultés récurrentes de recrutement même si on sent un léger tassement en élevage. Peut-être les premiers effets de la crise laitière. Quant à la filière agroéquipement, elle se porte bien et recrute encore pour l’instant. Se fera-t-elle rattraper dans quelques mois par la crise ? La question mérite d’être posée. Mais si l’ensileuse ne tourne plus rond, vous pourrez toujours vous retourner vers la tondeuse. Giel forme également aux métiers de la motoculture.

Plus d’informations ?
Giel Don Bosco Les Cours 61210 Giel-Courteilles.
Tél. 02 33 67 99 00.
Fax. 02 33 67 99 01.
Email : direction.giel@fr.oleane.com
- Site : www.giel-don-bosco.org

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité