Aller au contenu principal

Les notaires recrutent dans les campagnes via youtube

Les études de l’ex Basse-Normandie manquent de personnel. Pour attirer des jeunes, la Chambre interdépartementale des notaires de la Cour d’Appel de Caen lance une opération de communication sur les réseaux sociaux.

De gauche à droite : Delphine Cudelou, secrétaire générale de la Chambre interdépartementale des notaires de la Cour d’Appel de Caen ; Géry, youtubeur ; Pascal Desvages, président ; Thomas Le Borgne, vice-président. DR
De gauche à droite : Delphine Cudelou, secrétaire générale de la Chambre interdépartementale des notaires de la Cour d’Appel de Caen ; Géry, youtubeur ; Pascal Desvages, président ; Thomas Le Borgne, vice-président. DR
© DB

Pull marin, le sourire vissé sur son visage de breton, petite caméra en main, Géry, le youtubeur qui s’est fait connaître avec sa chaîne J’irai bosser chez vous, le clame : « je vous invite à aller dans les études, on y trouve des salariés passionnés ». La Chambre interdépartementale des notaires de la Cour d’Appel regroupant les offices du Calvados, de la Manche et de l’Orne, l’a précisément sollicité pour « dépoussiérer l’image des notaires, comme l’explique Pascal Desvages, le président, le terme Clerc de notaire est devenu répulsif ».

Recrutement en 2020
Consciente de réaliser « quelque chose d’innovant », selon le président, la Chambre a voulu répondre à un réel besoin dans la profession. « Nous avons en permanence 40 à 50 offres d’emploi en cours », explique Delphine Cudelou, la secrétaire générale. L’image n’est pas la seule raison de cette pénurie : avec la loi Macron, l’activité est en hausse, les offices voient les baby-boomers partir à la retraite depuis trois ans. L’objectif est de recruter début 2020 à des postes de rédacteurs d’actes, comptables, secrétaires. « Nous recherchons des gens qui ont un bac + 2 et dont les bases peuvent servir à nos métiers », indique Thomas Le Borgne, vice-président et notaire à Alençon. L’institut national de formation des notaires (Inafon) assurera la formation des candidats retenus après un entretien. Au bout d’un mois, ils seront opérationnels. Attention, les besoins ne sont pas partout les mêmes sur le territoire : « certaines zones plus touchées, indique Thomas le Borgne, Alençon par exemple ».

Ouvrir les offices
« Il y a une confusion dans l’esprit du public : la confidentialité que nous devons à nos clients peut laisser penser que nos pratiques ne sont pas transparentes », relève Pascal Desvages. Les six vidéos réalisées par Géry, en immersion dans différentes études, caméra et perche selfie au poing, partent à la rencontre des métiers de l’ombre pour les rendre visibles. « J’ai découvert le métier de formaliste, s’exclame le youtubeur, sans lui, le notaire ne peut pas faire son boulot ». Les vidéos sont diffusées sur sa chaîne et sur le site de la Chambre jusqu’en mars. La première est visible depuis le 30 novembre*. « L’objectif est d’aller chercher le candidat qui s’ignore », résume Géry. Des candidats qui pourraient être intéressés par ce métier, « qu’on peut faire partout », payés « un peu au-dessus du smic, mais avec un treizième mois », précise Delphine Cudelou, et une caisse de retraite avantageuse. « Souvent, les 35 heures sont réalisées sur 4 jours et demi. » Thomas Le Borgne a lui-même commencé dans la profession comme saute-ruisseau, coursier dans le jargon notarial. Il est devenu notaire au bout de dix ans de formation continue, « l’évolution de carrière est encore possible ».


Pour en savoir plus
02 31 85 44 62
*A voir sur la chaîne YouTube
J’irai bosser chez vous, avec le titre :
« Les notaires recrutent : j’ai postulé
en Normandie ! » et sur le site
www.notaires2normandie.com

La Chambre des notaires de la cour d’Appel de Caen en chiffres

• 348 notaires
• 165 offices implantées
dans 178 communes
• 1 600 collaborateurs

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

moisson 2021
La qualité des blés se dégrade avec la pluie
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité