Aller au contenu principal

Prairiales 2019
Herbomètre connecté au Gaec des Esserts (50)

Xavier Pignot est éleveur en Gaec à Sainte-Croix Hague dans la Manche. Il y a deux ans, il a décidé de changer radicalement le système alimentaire de son troupeau de laitières. Pour son passage en système herbe, il s’aide d’un herbomètre connecté, en partenariat avec la Chambre d’agriculture. Ci-dessous, 2 vidéos: la première présente le village Technologies, la seconde explique l'utilisation de l'herbomètre.

llll Installé depuis neuf ans, Xavier Pignot ne s’en sort pas. Avec un système basé essentiellement sur le maïs, l’éleveur cumule les dettes, « ça n’allait pas, on n’avait pas de résultat, 19/20 litres par vache, des problèmes de maladie et on mettait un temps fou à payer les maïs ». Il y a deux ans, il décide courageusement de revoir totalement son système alimentaire et de passer en herbe progressivement. Il resème des prairies temporaires et organise ses parcelles en paddocks. L’an dernier, il sort ses vaches et le constat est édifiant : « en quinze jours, on passe de 20 à 24l de production ». Cette année, il les sort dès le 14 février. Il complémente avec du concentré et 2kg d’orge produit à la ferme. « Le lait coûte pas trop cher », euphémise Xavier Pignot, qui a nettement vu son coût de production baisser et ses revenus augmenter. Depuis le 25 mars, ses bêtes sortent jour et nuit. Il note aussi le gain de temps en rabotage, en mécanisation, « je suis passé de 50 à 25 heures de tracteur ».

Herbomètre à la rescousse
Depuis deux mois, Xavier Pignot a obtenu un herbomètre connecté. Investi dans l’observatoire de la pousse de l’herbe, il utilise gracieusement l’appareil de la Chambre d’agriculture de la Manche (qui coûte plus de 1 000€) et son application qui calcule les résultats. Chaque semaine, il mesure l’herbe sur 40 points de ses 18 parcelles, une opération qui lui prend moins de 2 heures. Les relevés sont restitués sur son smartphone sous la forme d’un graphique qui révèle la biomasse de la parcelle. Cet outil d’aide à la décision lui indique s’il faut faucher d’une part et les parcelles dans lesquelles il peut faire entrer ses vaches d’autre part. « Je tâtonne encore cette année, admet-il. Comme je débute, l’herbomètre me permet d’avoir un regard sur la pousse de l’herbe et de suivre le stock que j’ai ». Il rentre ses données dans un tableau pour la Chambre d’agriculture et participe ainsi au suivi de la pousse de l’herbe, publié dans notre journal.

Le village technologie des Prairiales

"Le village technologie des Prairiales permettra de découvrir les technologies et les équipements pour les élevages de demain. En premier lieu, nous avons choisi le pâturage parce que bon nombre d’éleveurs nous disent qu’il a de l’avenir. Nous évoquerons l’aménagement du parcellaire, des clôtures, les chemins d’accès, grâce à l’expérience de la ferme expérimentale de la Blanche maison (50).
Seront à découvrir également tous les outils connectés qui nous permettent d’obtenir des informations, comme la mesure des hauteurs d’herbe : l’herbomètre, les drones ou encore, les satellites. Nous porterons une réflexion sur tous ces outils : dans quelle mesure c’est intéressant pour moi, agriculteur, d’un point de vue économique ou d’organisation du travail, d’investir dans ces outils ?
Enfin, nous évoquerons la question des bâtiments avec deux points importants : la qualité des sols et la ventilation dans les bâtiments d’élevage, qu’ils soient bovins, ovins ou équins."
Jean-Jacques Beauchamp - Pôle élevage
Chambre régionale d’agriculture de Normandie

Programme du 13 juin 2019

Quatre villages pour quatre thèmes
• Le village Climat
Quelle adaptation de la production des fourrages aux changements climatiques ?
• Le village Technologie
Quels outils et les équipements pour les élevages de demain ?
• Le village Animal
Santé, génomique et bien-être animal
• Le village Stratégie
Quelles adaptations stratégiques des exploitations face aux multiples changements ?

Et un grand débat sur le thème Elevage et société
Et si les attentes de la société devenaient une force pour l’élevage ?

www.prairiales-normandie.fr/

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité