Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Entretien avec Alain Cottebrune
Les paysans cambodgiens prennent en main leur développement

L’assemblée générale de l’Afdi Basse-Normandie se déroule à l’IREO de Condé-sur-Vire, vendredi prochain à 14 h. Témoignage d’Alain Cottebrune, de retour d’une mission au Cambodge.

L"Afdi est parti en mission au Cambodge fin mars.
L"Afdi est parti en mission au Cambodge fin mars.
© DR

Vous étiez au Cambodge du 30 mars au 8 avril. Quel était l’objectif de cette mission ?
Nous travaillons avec la Farmer Nature Net. Cette fédération regroupe 30 000 paysans. Notre objectif : les aider à définir un mode de développement. Dans ces pays, les Organisations Non Gouvernementales (ONG) définissent souvent ce qu’il faut faire ou pas et comment le réaliser. On se rend compte que les cadres des ONG font les budgets et les orientations. Nous sommes là pour accompagner la prise en main du développement par les paysans.

Comment s’oriente l’agriculture Cambodgienne ?
Là, nous travaillons avec des petites exploitations familiales. Au début des années 2000, le premier but était de nourrir leur famille. Désormais, ils disposent d’un peu de surplus. Il faut organiser la commercialisation. Ils commencent à créer des coopératives et des groupes d’épargne. Actuellement, ils se posent par exemple la question de l’agriculture biologique.

Entre aider au développement d’un système et imposer un système, la frontière semble parfois étroite… Faut-il se détacher de son expérience française ?
Nous ne sommes pas au Cambodge pour développer ou imposer un système. Nous sommes là pour les aider à prendre en main leur développement. Je viens avec mon expérience de coopérateur. J’ai vu au Cambodge une coop avec un beau bâtiment financé par des ONG, mais on s’est rendu compte qu’il n’y avait pas de calcul de rentabilité pour pérenniser l’outil. Je leur ai aussi suggéré de payer le riz produit selon sa qualité.

Concernant la commercialisation, le modèle français semble aujourd’hui rencontrer quelques difficultés. Quel message transmettez-vous ?
Je me replace 50 ans en arrière. J’explique comment à l’époque les paysans se sont organisés. Les agriculteurs ne connaissaient pas le marché et y perdaient toujours. Ils sont très loin du modèle français. Ils doivent d’abord comprendre comment fonctionne une coopérative de base. Ils doivent aussi accepter de se regrouper. Et cette idée n’est pas facile dans un ancien pays communiste. Néanmoins, j’ai insisté sur l’adapation de la production au marché.

En tant que maraîcher, vos missions revêtent un caractère organisationnel et non technique ?
On s’appuie sur place sur des techniciens cambodgiens. Lors de cette mission, nous les avons emmenés voir des techniques innovantes en essai au Cambodge. Par exemple, nous avons observé un semis sous couvert avec une graminée et une légumineuse. Ils ont vu, après c’est à eux de juger. Nous les avons également accompagnés au ministère. C’était pour eux une première. Ils comprennent que les paysans ont leur mot à dire.


Afdi : 02 31 70 88 98

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité