Aller au contenu principal

Projet d’agrandissement
Les points de vigilance

Face à l'opportunité d’une reprise de surface et de quota ou suite à l'installation d’un jeune agriculteur, des exploitations se sont agrandies en disposant d’une référence laitière supplémentaire à produire.

En fonction des situations, les investissements en bâtiments se sont traduits par la construction d'un bâtiment supplémentaire, l'extension de la stabulation existante ou le changement de mode de logement.
En fonction des situations, les investissements en bâtiments se sont traduits par la construction d'un bâtiment supplémentaire, l'extension de la stabulation existante ou le changement de mode de logement.
© Sandra Roupnel
Plusieurs stratégies ont alors été mises en place, en fonction de l'évolution de ces moyens de production : augmentation progressive de la surface et du quota, reprise partielle ou totale d'une exploitation avec augmentation brutale de la référence laitière.

Augmentation de quota et projet bâtiment
Pour certaines exploitations, l'augmentation du cheptel a nécessité des investissements bâtiments afin d'augmenter les capacités de logement des animaux. L'objectif était aussi de permettre une meilleure organisation du travail. En fonction des situations, ces investissements bâtiments se sont traduits par la construction d'un bâtiment supplémentaire, l'extension de la stabulation existante ou le changement de mode de logement. Cette nécessaire évolution constitue l'un des points de vigilance du projet car elle provoque des changements au niveau de l'organisation du travail et au niveau économique notamment.

Rationnaliser la charge de main d’œuvre, améliorer les conditions de travail 
Dans les sociétés comme dans les exploitations individuelles, la contrainte travail constitue un autre point de vigilance car, à part lors de l'arrivée d'un associé supplémentaire ou l'embauche d'un salarié, il n'y a pas forcément plus de main d'œuvre pour faire face au travail supplémentaire lié à la reprise. Une attention particulière doit être portée sur l'organisation de la traite : l'augmentation du nombre de postes de traite voire la refonte de la salle de traite constitue l'une des principales préoccupations.

Gérer les risques sanitaires liés à l'intégration des animaux
L'autre point de vigilance concerne l'évolution du cheptel dans le cas d'une augmentation de ce dernier à partir d'animaux repris à l'extérieur, situation courante suite à l'installation d'un JA avec reprise d'une exploitation tiers. A ce titre, la première année pendant laquelle se fait l'intégration de ces animaux, la résolution éventuelle de problèmes sanitaires s'ajoute aux autres points (arrivée d'un nouvel exploitant, évolution des bâtiments, réorganisation du travail).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Publicité