Aller au contenu principal
Font Size

Projet d’agrandissement
Les points de vigilance

Face à l'opportunité d’une reprise de surface et de quota ou suite à l'installation d’un jeune agriculteur, des exploitations se sont agrandies en disposant d’une référence laitière supplémentaire à produire.

En fonction des situations, les investissements en bâtiments se sont traduits par la construction d'un bâtiment supplémentaire, l'extension de la stabulation existante ou le changement de mode de logement.
En fonction des situations, les investissements en bâtiments se sont traduits par la construction d'un bâtiment supplémentaire, l'extension de la stabulation existante ou le changement de mode de logement.
© Sandra Roupnel
Plusieurs stratégies ont alors été mises en place, en fonction de l'évolution de ces moyens de production : augmentation progressive de la surface et du quota, reprise partielle ou totale d'une exploitation avec augmentation brutale de la référence laitière.

Augmentation de quota et projet bâtiment
Pour certaines exploitations, l'augmentation du cheptel a nécessité des investissements bâtiments afin d'augmenter les capacités de logement des animaux. L'objectif était aussi de permettre une meilleure organisation du travail. En fonction des situations, ces investissements bâtiments se sont traduits par la construction d'un bâtiment supplémentaire, l'extension de la stabulation existante ou le changement de mode de logement. Cette nécessaire évolution constitue l'un des points de vigilance du projet car elle provoque des changements au niveau de l'organisation du travail et au niveau économique notamment.

Rationnaliser la charge de main d’œuvre, améliorer les conditions de travail 
Dans les sociétés comme dans les exploitations individuelles, la contrainte travail constitue un autre point de vigilance car, à part lors de l'arrivée d'un associé supplémentaire ou l'embauche d'un salarié, il n'y a pas forcément plus de main d'œuvre pour faire face au travail supplémentaire lié à la reprise. Une attention particulière doit être portée sur l'organisation de la traite : l'augmentation du nombre de postes de traite voire la refonte de la salle de traite constitue l'une des principales préoccupations.

Gérer les risques sanitaires liés à l'intégration des animaux
L'autre point de vigilance concerne l'évolution du cheptel dans le cas d'une augmentation de ce dernier à partir d'animaux repris à l'extérieur, situation courante suite à l'installation d'un JA avec reprise d'une exploitation tiers. A ce titre, la première année pendant laquelle se fait l'intégration de ces animaux, la résolution éventuelle de problèmes sanitaires s'ajoute aux autres points (arrivée d'un nouvel exploitant, évolution des bâtiments, réorganisation du travail).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité