Aller au contenu principal

Machinisme
Les pommes tombent avec le coup du parapluie

Dans le cadre des journées Innov'Action des Chambres d'agriculture de Normandie, Stéphane Grandval a présenté sa récolteuse de pommes en parapluie inversé. La machine créée pour les pruneaux d'Agen s'est bien adaptée aux vergers hautes-tiges.

© VM

Les producteurs de pruneaux d'Agen ont influencé Stéphane Grandval. Le producteur de pommes s'est inspiré de leur technique de ramassage. La méthode dite "du parapluie inversé" permet de récolter, sans contact avec le sol, les pommes des vergers hautes-tiges.
Stéphane Grandval utilise une machine acquise dans le Bordelais. Le producteur dispose d'une dizaine d'années de recul. La méthode présente plusieurs avantages. Ils sont d'abord environnementaux. Le ramassage, proche d'une récolte manuelle, est réalisé sans contact avec le sol. La contamination bactérienne est donc limitée. L'argument est également économique. Faire mûrir la pomme au maximum en diminuant les chocs permet de mieux valoriser les fruits. Enfin, l'aspect social n'est pas négligeable. La récolte s'avère plus rapide et sans pénibilité.

Combiner deux systèmes de ramassage
"Je mets un coup de parapluie quand 30 % des pommes sont tombés au sol. Il faut donc deux systèmes de ramassage. Je passe une première fois au sol, la seconde fois avec le parapluie et une dernière fois au sol.  C'est nécessaire. Car contrairement aux pruneaux d'Agen, la pomme ne tombe pas systématiquement quand l'arbre est secoué", explique le producteur.

La machine à pruneaux moins chère
La machine a coûté 4000 euros d'occasion. Neuve, elle valait 15  000 euros. Stéphane Grandval l'a légèrement modifié en rehaussant le vibreur. L'idée a porté ses fruits. Le fabricant, spécialisé dans le pruneau, en a décliné une pour la pomme. Elle est actuellement en service dans le secteur de Vimoutiers. Un de ses concurrents, plus spécialisé dans la pomme à cidre, a également décliné le concept du parapluie. Mais les tarifs se révèlent plus élevés.
Le parapluie d'une ramasseuse à pruneaux est plus petit que son homologue dédié aux pommes. Cette compacité a ses inconvénients : quelques pommes tombent au-delà du périmètre couvert par la machine. Côté avantage, la machine se faufile plus facilement dans les vergers. Son montage à l'avant du tracteur donne également une meilleure visibilité à l'avant et favorise la maniabilité.

Pas homologuée pour la route
Restent les trajets sur les voies publiques. Ils sont officiellement bannis. Le parapluie dépasse, en effet, d'au moins trois mètres.
Au final, la technique a fait ses preuves. Sur les 250 tonnes de pommes produites sur l'exploitation, 70 tonnes sont récoltées avec la machine en parapluie inversé. "Elle me semble l'idéal pour les transformateurs", résume Stéphane Grandval.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
Dans le Calvados, Elisabeth Borne remet les pieds sur terre
Jeudi 8 février 2024, l'ex Première ministre a visité le Gaec Pupin à Maizet dans le Calvados. Elisabeth Borne, désormais simple…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Une première au Salon pour Corentin Angot
Diplômé ingénieur agronome, Corentin Angot se plaît à travailler sur la ferme paternelle à Gouffern-en-Auge, dans l'Orne en…
Publicité