Aller au contenu principal

Les producteurs attendent une hausse du prix du lait pour 2019

llll Les représentants de la FRSEA et des Ja ont remis lundi dernier à Caen la pétition qu’ils avaient lancée en octobre.

© TG

Elle visait à dénoncer un prix du lait en baisse au moment où toutes les entreprises annonçaient des prix en hausse. Ce paradoxe est d’ailleurs confirmé par la note de conjoncture publiée par le Ministère de l’agriculture le 13 décembre. On y lit notamment que le prix du lait payé en France en octobre 2018 a été le plus élevé depuis la fin des quotas laitiers en 2015 à 378€/1000 litres, toutes qualités confondues. Et ce grâce à la hausse de 4€/1000 litres du lait conventionnel et à la stabilité du prix du lait bio (501€/1000l). Ces prix s’expliquent par la baisse de la collecte française : -3,7% comparé à octobre 2017. En effet, les effets prolongés de la sécheresse pèsent sur la production laitière. La plupart des collectes régionales reculent (-4,4% dans le grand Ouest, -0,2% en Normandie, -4,6% dans le Grand Est).

Agrial à la ramasse
C’est dans ce contexte que lundi, une délégation FRSEA/JA Normandie conduite par Ludovic Blin et Nicolas Declomesnil (notre photo) a remis à Pascal Lebrun (président de la branche lait d’Agrial) la pétition lancée en octobre dernier par le syndicalisme visant « à interpeller les dirigeants d’Agrial sur l’insatisfaction des producteurs de lait au regard des prix annoncés pour le quatrième trimestre de l’année 2018.» Plus de 1700 signatures ont été recueillies. L’occasion pour les représentants syndicaux d’insister : «s’il est désormais acté qu’en 2018, Agrial est l’entreprise laitière normande ayant le moins bien rémunéré les producteurs de lait (312,04 euros en moyenne soit 2,26 euros de moins qu’en 2017 !), nous attendons de pied ferme les annonces de prix pour le début 2019. Le groupe Agrial se doit de porter un message encourageant vis-à-vis des producteurs de lait, de donner des perspectives à ses coopérateurs et d’afficher sa volonté de revalorisation du prix du lait conventionnel,» fin de citation et rendez-vous en 2019.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité