Aller au contenu principal

Les producteurs bio décidés à se faire entendre

Mardi matin, devant la Draaf du Calvados, une soixantaine d'agriculteurs bio, organisations syndicales et consommateurs ont manifesté contre l'incertitude des aides pour 2015-2020.

A la sortie de la rencontre avec le directeur adjoint de la Draaf, le président du GRAB, Loïc Ducloué ne s'est pas montré rassuré. Il reste vigilant aux annonces faites par l'administration.
A la sortie de la rencontre avec le directeur adjoint de la Draaf, le président du GRAB, Loïc Ducloué ne s'est pas montré rassuré. Il reste vigilant aux annonces faites par l'administration.
© SB

Depuis quelques jours, la FNAB (Fédération nationale des agriculteurs biologiques) avait appelé à la mobilisation le 17 mars afin de manifester leur colère suite à "la coupe franche de 25 % des aides 2014 attendues". Face au maintien de la manifestation, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll est revenu sur sa décision. Il annonce le déblocage de moyens complémentaires « permettant d’aider chaque agriculteur bio au niveau initialement prévu pour 2014 », en précisant que l’aide sera versée au cours de l’été.
Pour autant, les agriculteurs bio n'ont pas baissé les bras. Ils ont maintenu leur manifestation. "Il ne faut pas lâcher le morceau" indique un des manifestants. "Nous sommes face à un comportement fantaisiste de l'administration," poursuit-il.

Pas vraiment rassurés
Pendant plus de 1 h 15, une délégation conduite par Loïc Ducloué, président du GRAB de Basse-Normandie, a été reçue par le directeur adjoint de la Draaf de la Basse-Normandie (Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt), Laurent Mary. Et en début d'après-midi, ils avaient rendez-vous à la DDTM (Direction départementale des territoires et de la Mer). "Etes-vous rassurés," demande un manifestant. "Pas vraiment," répond Loïc Ducloué. "Certes, une nouvelle enveloppe va être débloquée. Mais nous n'avons pas de calendrier," explique-t-il. Fin avril, des dates devraient pouvoir être avancées. La Région Basse-Normandie, qui gère désormais les fonds européens, se réunit en session le 17 avril.

Des reconversions remises en cause
Si la coupe franche sur les aides 2014 est remise en cause, les agriculteurs bio s'interrogent sur les aides pour les années 2015 à 2020. "Tous les agriculteurs n'auront pas d'aides au maintien" s'inquiète Guillaume Fernagu, coordinateur du GAB 14. Le risque est de voir des agriculteurs bio "repartir en conventionnel. Certains le pensent vu les coûts supplémentaires qu'impose le bio". Et c'est notamment le cas pour les productions de vaches allaitantes. Ce qui serait une aberration face au plan ambition bio annoncé par l'Etat.
Soutenus par la FNSEA
Dans une interview , Etienne Gangneron, le président de la Commission Agriculture biologique de la FNSEA, s’insurge contre « un signe donné très négatif »,  et la mise en place « d’un stabilisateur qui déstabilise  la filière bio ».
La Fédération nationale de l’Agriculture biologique, l’APCA, Coop de France s’étaient également indignées contre « ce coup de massue ».
Localement, la FDSEA du Calvados était présente aux côtés des agriculteurs bio. "Cela nous paraît logique d'être là pour soutenir les agriculteurs bio dont certains sont adhérents chez nous. Ils doivent être respectés par rapport aux engagements qui ont été pris. Il y a deux ans, nous étions également présents pour les éleveurs bovins" note Jean-Yves Heurtin, président de la FDSEA du Calvados.
A noter que l’enveloppe prévue par le ministère de l’Agriculture en 2014, soit 103 millions d’euros, s’est révélée insuffisante pour satisfaire l’ensemble des demandes d’aide.
Selon la FNSEA, il manquerait 11 millions d’euros que le ministre de l’Agriculture a accepté de débloquer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Publicité