Aller au contenu principal
Font Size

Contrôles dans les grandes surfaces du département
Les producteurs de lait en colère contre la transformation

Mercredi matin, la FDSEA et les JA ont été contrôlés le déréférencement des produits issus de la transformation pour protester contre la baisse annoncée du prix du lait à la production. Explication de Hervé Marie, secrétaire général de la FDSEA.

Pour le moment, la FDSEA et les JA n’en sont qu’aux sommations d’usage face à un prix du lait, pour le quatrième trimestre, en chute libre. Mercredi, ils ont pris la direction des grandes surfaces, notamment à Saint-Lô, pour vérifier le déférencement des produits commercialisés par les entreprises de transformation. Hervé Marie, secrétaire général de la FDSEA, explique les raisons de cette colère qui pourraient mener à une véritable guerre du lait. Aucune avancée Après un mieux en 2007, suite à une baisse entre 2001 et 2006, le prix aux mille litres proposé par les entreprises a de quoi faire dresser le cheveux sur la tête de nombreux producteurs. “Aucune avancée ne peut être constatée de la part des entreprises privées ou coopératives réunis au sein d’ATLA. Au départ, elles proposaient, pour le quatrième trimestre 2008, une baisse allant de 40 à 70 euros aux mille litres et, cerise sur le gâteau, - 102 à 121 euros pour le premier trimestre 2009”. Plus fort encore, dernièrement, ces entreprises ont annoncé se caler sur “le moins disant” en terme de prix, induisant donc à la production une baisse minimum d’au moins 70 euros/1000 litres.Hervé Marie ne mâche pas ses mots, “je considère ces propositions comme une véritable insulte aux producteurs. C’est pourquoi, lundi après-midi, la section lait s’est réunie en urgence pour décider d’entrer en action syndicale”. Concrètement, dès mercredi, la FDSEA et les JA ont été vérifier si le déférencement des grandes marques avait été respecté de la part de la grande distribution. “Notre objectif n’est pas de léser le consommateur puisque nous laissons les produits “premier prix” et les marques distributeurs; nous voulons par contre que la politique de baisse engagée par la transformation s’assouplisse”. Et d’enfoncer le clou, “dans leur proposition, les transformateurs occultent totalement l’augmentation des charges (aliments du bétail, fuel, engrais) qui ont consommé en grande partie la hausse de 2007”. Les actions sont donc reparties, nul doute qu’elles se poursuivent, certains producteurs évoquant d’ores et déjà une grève des livraisons.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité