Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les producteurs normands réunis chez « Goût et Qualité » !

Sébastien Olivier, fondateur de l’enseigne avait cette envie de réunir les producteurs et les produits normands, tout en proposant des denrées de grande qualité à ses clients. Défi réussi pour l’homme, car un an après, « Goût et qualité » compte 63 000 passages en caisse.

© MM

Issu d’une famille normande de marchands de bestiaux, Sébastien Olivier est tombé dans la distribution très vite. C’est en 2015 que son projet voit le jour. Après une année, le magasin a fait et fait toujours deux heureux...


390 m2 de produits fermiers

À Bretteville-sur-Odon (14), vous pouvez trouver des produits frais, fermiers, locaux et de grande qualité.En partenariat avec « Bienvenue à la ferme » (réseau national de producteurs et transformateurs fermiers), « Le magasin a vu son panier moyen augmenter de 10 €. De 24 € nous sommes passés à 34 €. En distribution, c’est la moyenne d’un supermarché », souligne Sébastien Olivier. Une affaire qui roule donc pour cette jeune supérette. Cette envie des consommateurs de quitter les grandes distributions pour manger plus sainement tout en valorisant les producteurs n’est pas discutable.


Une expansion fulgurante

« Nous avons commencé avec 120 producteurs pour 1 200 produits. Aujourd’hui, nous travaillons avec 145 producteurs et 1 950 denrées. Ça va encore continuer », s’enthousiasme Sébastien Olivier. En effet, le fondateur ne compte pas s’arrêter là. Pour lui, l’objectif premier est de continuer à aller chercher des produits sur la Normandie et de les développer. En allant chercher les agriculteurs normands et les PME transformatrices de matières premières, Sébastien Olivier compte bien mettre en avant sa région et créer l’échange entre producteurs, transformateurs et consommateurs. Nouveauté pour le magasin, un drive ouvrira ses portes dans quelque temps..

Du gagnant gagnant

« Depuis mai dernier, nous avons un point de vente ici. C’est un vrai plus pour nous. C’est vrai que transformer est un autre métier, mais cela nous permet d’être plus autonomes. Nous sommes sur 26 points de vente en tout », témoigne Christophe Descures, producteur et transformateur de porcs de Bayeux (rillettes, terrines, boudins, fromage de tête, etc.). Un vrai plus pour les agriculteurs qui, en pleine période noire, travaillent toujours main dans la main. « Il y a une vraie attente de la part des clients d’aller vers ces aliments. Pour moi, la chose qui me démangeait le plus, c’était le manque d’unité entre les producteurs et autres acteurs normands », admet Sébastien Olivier.Pour Philippe qui met la première fois les pieds dans le magasin, « le choix des produits locaux est très intéressant.  Tout est de grande qualité. C’est ce que je voulais et donc aucune déception à ce niveau », s’amuse-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité