Aller au contenu principal

Protéagineux
Les protéagineux en alimentation animale : un potentiel considérable

L’alimentation animale constitue un débouché considérable pour les protéagineux. Pois et féverole sont particulièrement bien adaptés aux besoins des porcs et correspondent donc bien à la demande de l’alimentation animale puisque dans l’Union européenne, près de 35 % des aliments composés sont destinés aux porcs.

Avec une croissance annuelle de 3 % en 2006 et 2007, la production européenne d’aliments pour porcs représente plus de 50 millions de tonnes. Tous les bassins de production de porcs sont des consommateurs potentiels de protéagineux ; en plus du bassin Bretagne - Pays de la Loire, débouché principal du pois en France (près d’un million de tonnes consommé), l’ensemble des pays limitrophes (Belgique, Pays-Bas, Espagne, Italie…) importent chaque année près de 1,5 million de tonnes de pois et plus de 200 000 tonnes de féverole destinés à l’alimentation animale.
Les protéagineux, des matières premières équilibrées et complémentaires
L’intérêt technique des protéagineux en alimentation animale n’est plus à démontrer. Matières premières équilibrées, elles sont sources d’énergie et de protéines. Riches en lysine, les protéines du pois et de féverole sont complémentaires de celles des céréales et des tourteaux de colza, pauvres en lysine mais mieux pourvus en acides aminés soufrés. Pois et colza sont donc deux matières premières locales qui se complètent et diversifient, avec le soja, l’offre en protéines végétales destinées à l’alimenta-tion animale.
Produire des protéagineux pour fidéliser les débouchésSur le marché, l’intérêt
économique des protéagineux dépend du prix relatif et de la disponibilité des autres matières premières. Le prix du pois et de la féverole, orienté par le prix du blé, bénéficie d’un bonus “protéine” lié aux prix du tourteau de soja. En Europe, une étude du Céréopa montre que l’utilisation actuelle du pois en alimentation animale est bien en deçà de son potentiel d’utilisation économique et technique. En effet, les conditions actuelles de marché permettraient d’incorporer 4 fois plus de pois dans les rations. L’utilisation maximale de pois par l’industrie de la nutrition animale européenne pourrait alors atteindre 8 millions de tonnes.
Le principal frein à l’utilisation des protéagineux par l’industrie de la nutrition animale en Europe aujourd’hui, c’est leur faible disponibilité sur le marché consécutive à la baisse de la production. En alimentation animale, l’offre fait aussi la demande.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité