Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

A Fervaches
Les scies ne faiblissent pas

Stabulations, bâtiments de stockage, mais aussi maisons, l’entreprise CPL surfe sur le bois depuis sa création en 1962 et n’entend pas s’arrêter en si bon chemin.

© EC

Le bois, tout le monde connaît et notamment les agriculteurs qui n’hésitent plus à valoriser leurs tailles de haies à travers la filière “plaquettes”. Ce matériau est aussi, à plus grande échelle, utilisé par des entreprises pour la construction de bâtiments agricoles. La semaine dernière, CPL ouvrait les portes de son site de Fervaches, repris en 2011, non loin de Tessy sur Vire, pour mettre en exergue la qualité de ses réalisations.

40 du chiffre d’affaires
Christian Piquet, PDG de la société, va droit au but. “En Normandie, nous sommes la région qui utilise le plus de bois pour les constructions agricoles”. Du coup, sur les deux sites CPL (Fervaches et Bayeux), cela tronçonne, découpe ou dégauchit à longueur de journée sans temps mort. “Les stabulations et le stockage représentent environ 40 de notre chiffre d’affaires. En fait, nous construisons tout type de bâtiment en traditionnel ou lamellé-collé”. De son côté, le directeur du site de Fervaches, Christophe Play, indique, “nous travaillons de concert avec les techniciens agricoles comme Yves Françoise, responsable service bâtiments à la CDA 50 pour prendre en compte les dernières innovations, notamment en matière de confort animal. La priorité, c’est d’avoir un logement pour les laitières ou encore les veaux bien ventilés mais secs”. CPL Bois développe une démarche intéressante concernant l’intégralité du cycle de fabrication de ses bâtiments. “Notre objectif est de mieux produire en réduisant l’impact environnemental. Le bois a un sacré avantage : il capte naturellement le CO2 et le stocke”.

Main-d’œuvre locale
Lors de ces portes ouvertes, organisées en partenariat avec la Chambre d’agriculture de la Manche, Élevance, SM3, AGRIAL, ACTIS et ABC Isolations, les visiteurs ont pu suivre le parcours du bois brut jusqu’à l’achèvement des tronçons qui seront acheminés à proximité ou parfois vers des destinations plus lointaines comme les îles du Pacifique. “Notre fierté ? Une main-d’œuvre locale que nous formons et gardons car elle a un savoir-faire sans pareil”.
Les bois utilisés sont parfois importés (résineux) ou de souche locale, à l’instar du chêne pour les poteaux de stabulation. Outre la partie purement agricole, CPL Bois monte en puissance dans la fabrication des maisons. “Même si le marché de la construction immobilière se porte moins bien qu’il y a quelques années, les maisons en bois sont en constante progression. Nous gagnons régulièrement des parts de marchés”. Le bois aujourd’hui est un marché très convoité. “Avec la relance de la construction aux USA, les prix augmentent pour les résineux, mais aussi les chênes au niveau français ; ce sont des arbres très demandés par les Chinois”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité