Aller au contenu principal

Les services Identification normands harmonisent leur grille tarifaire

Les services Identification mutualisent de plus en plus leurs activités pour répondre aux enjeux de l’élevage bovin normand et améliorer les services aux éleveurs et la qualité de l’identification. La convergence des grilles tarifaires est une étape incontournable pour poursuivre cette convergence des pratiques.

La convergence des grilles tarifaires est une étape incontournable pour poursuivre cette convergence des pratiques.
La convergence des grilles tarifaires est une étape incontournable pour poursuivre cette convergence des pratiques.
© CA Normandie

Les services Identification du Calvados, de Haute-Normandie, de la Manche, et de l’Orne travaillent ensemble depuis plusieurs années en partageant des investissements dans les outils informatiques, en conduisant des appels d’offre communs pour certains marchés de matériel, ou en harmonisant leurs pratiques et services aux éleveurs.L’ensemble de ces 4 sites est par exemple certifié ISO 9001 dans le cadre d’une démarche qualité commune.De plus l’harmonisation des pratiques facilitera la continuité de service aux éleveurs en permettant que les personnels soient en capacité de répondre aux besoins de l’ensemble des éleveurs normands.En 2015 les élus des EdE et associations d’identification ont choisi de poursuivre cette mutualisation des fonctionnements en adoptant des principes de facturation identiques pour les prestations fournies aux éleveurs dans le cadre de l’Identification bovine.La grille des services Identification ovine caprine était déjà harmonisée depuis 3 ans. L’harmonisation des grilles tarifaires pour l’identification bovine vise :- à ce que tous les éleveurs normands retrouvent les mêmes lignes sur leur facture ;- à rapprocher les tarifs au plus près des couts engendrés par chaque éleveur et des actes d’identification générés: naissances, mouvements, abonnements … ;- à prendre en compte l’informatisation croissante des éleveurs, les services Internet devenant le standard par rapport aux services papier ;- à adapter aussi les tarifs aux systèmes d’élevage spécifiques : ateliers veaux boucherie, engraissement …Chaque structure continue à fixer ses propres tarifs pour chaque objet de facturation (forfait élevage, mouvement, naissance …) afin de s’adapter à la situation départementale.Ces tarifs convergeront ensuite progressivement avec la poursuite de la mutualisation régionale des services.Cette mutualisation régionale des structures d’identification vise, dans un contexte de réduction du nombre d’élevages, à maintenir la qualité et la continuité de service aux éleveurs, en optimisant les coûts.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité