Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les teillages stoppent leur production

Dans le Calvados, les sites de teillages ont pris la décision de se mettre à l'arrêt. Vendredi 27 mars, l'AGPL a lancé un appel à la réduction des surfaces.

© JPO

Les coopératives de teillages ont pris la décision, « dès mardi 17 mars, lendemain de l'annonce par le président de la République
du confinement, d'arrêter les chaînes », s'accordent Marc Vandecandelaère et Vincent Duyck, présidents de sites de Villons-les-Buissons et Cagny. Dans la foulée, les teilleurs privés ont pris la même décision. « Le teillage était à l'arrêt dès jeudi 19 mars, tôt le matin », confirme Valentin Depestele, responsable du teillage Vandecandelaère, à Bourguébus. S'arrêter est un geste civique.  « Les postes comme ceux du déroulage ou du tri des fibres fonctionnent en binôme. Une partie des tâches s'effectue à moins d'un mètre de distance. Sans masque disponible, il est difficile d'appliquer les gestes barrières », décrit Arnaud Chapron, directeur de la coopérative de Cagny. Villons assure l'approvisionnement en semences et les deux coops maintiennent un service minimum d'expédition pour assurer les ventes.

Quid du stockage
Le même problème se pose pour les trois sites bas-normand : celui du stockage de pailles. « Toute la paille qui ne sera pas transformée au 31 juillet devra être stockée, par le liniculteur ou par le teillage. Chaque semaine d'arrêt va augmenter ce volume à stocker. A Cagny, nous incitons les adhérents à garder chez eux leurs productions dans la mesure du possible. » Dans ce contexte de fort risque de baisse de la consommation mondiale, un communiqué de l'AGPL diffusé vendredi 27 mars au soir et relayé par les teilleurs, lance un appel à la réduction des surfaces semées en lin. « C'est cohérent, constate Vincent Meyer, président des producteurs de lin bas-normands. Mais les semences sont achetées, les assolements sont prévus et les semis ont commencé. » Il suggère toute fois de passer « les parcelles où le lin serait de moins bonne qualité et les bouts de champs en SIE ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité