Aller au contenu principal

Les teillages stoppent leur production

Dans le Calvados, les sites de teillages ont pris la décision de se mettre à l'arrêt. Vendredi 27 mars, l'AGPL a lancé un appel à la réduction des surfaces.

© JPO

Les coopératives de teillages ont pris la décision, « dès mardi 17 mars, lendemain de l'annonce par le président de la République
du confinement, d'arrêter les chaînes », s'accordent Marc Vandecandelaère et Vincent Duyck, présidents de sites de Villons-les-Buissons et Cagny. Dans la foulée, les teilleurs privés ont pris la même décision. « Le teillage était à l'arrêt dès jeudi 19 mars, tôt le matin », confirme Valentin Depestele, responsable du teillage Vandecandelaère, à Bourguébus. S'arrêter est un geste civique.  « Les postes comme ceux du déroulage ou du tri des fibres fonctionnent en binôme. Une partie des tâches s'effectue à moins d'un mètre de distance. Sans masque disponible, il est difficile d'appliquer les gestes barrières », décrit Arnaud Chapron, directeur de la coopérative de Cagny. Villons assure l'approvisionnement en semences et les deux coops maintiennent un service minimum d'expédition pour assurer les ventes.

Quid du stockage
Le même problème se pose pour les trois sites bas-normand : celui du stockage de pailles. « Toute la paille qui ne sera pas transformée au 31 juillet devra être stockée, par le liniculteur ou par le teillage. Chaque semaine d'arrêt va augmenter ce volume à stocker. A Cagny, nous incitons les adhérents à garder chez eux leurs productions dans la mesure du possible. » Dans ce contexte de fort risque de baisse de la consommation mondiale, un communiqué de l'AGPL diffusé vendredi 27 mars au soir et relayé par les teilleurs, lance un appel à la réduction des surfaces semées en lin. « C'est cohérent, constate Vincent Meyer, président des producteurs de lin bas-normands. Mais les semences sont achetées, les assolements sont prévus et les semis ont commencé. » Il suggère toute fois de passer « les parcelles où le lin serait de moins bonne qualité et les bouts de champs en SIE ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité