Aller au contenu principal
Font Size

Les teillages stoppent leur production

Dans le Calvados, les sites de teillages ont pris la décision de se mettre à l'arrêt. Vendredi 27 mars, l'AGPL a lancé un appel à la réduction des surfaces.

© JPO

Les coopératives de teillages ont pris la décision, « dès mardi 17 mars, lendemain de l'annonce par le président de la République
du confinement, d'arrêter les chaînes », s'accordent Marc Vandecandelaère et Vincent Duyck, présidents de sites de Villons-les-Buissons et Cagny. Dans la foulée, les teilleurs privés ont pris la même décision. « Le teillage était à l'arrêt dès jeudi 19 mars, tôt le matin », confirme Valentin Depestele, responsable du teillage Vandecandelaère, à Bourguébus. S'arrêter est un geste civique.  « Les postes comme ceux du déroulage ou du tri des fibres fonctionnent en binôme. Une partie des tâches s'effectue à moins d'un mètre de distance. Sans masque disponible, il est difficile d'appliquer les gestes barrières », décrit Arnaud Chapron, directeur de la coopérative de Cagny. Villons assure l'approvisionnement en semences et les deux coops maintiennent un service minimum d'expédition pour assurer les ventes.

Quid du stockage
Le même problème se pose pour les trois sites bas-normand : celui du stockage de pailles. « Toute la paille qui ne sera pas transformée au 31 juillet devra être stockée, par le liniculteur ou par le teillage. Chaque semaine d'arrêt va augmenter ce volume à stocker. A Cagny, nous incitons les adhérents à garder chez eux leurs productions dans la mesure du possible. » Dans ce contexte de fort risque de baisse de la consommation mondiale, un communiqué de l'AGPL diffusé vendredi 27 mars au soir et relayé par les teilleurs, lance un appel à la réduction des surfaces semées en lin. « C'est cohérent, constate Vincent Meyer, président des producteurs de lin bas-normands. Mais les semences sont achetées, les assolements sont prévus et les semis ont commencé. » Il suggère toute fois de passer « les parcelles où le lin serait de moins bonne qualité et les bouts de champs en SIE ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
incendie
Toujours plus chaud, l’été normand s’enflamme
Face à l’augmentation du nombre d’incendies, la vigilance portée aux facteurs de risques liés aux travaux d’été doit être…
Publicité