Aller au contenu principal
Font Size

BatiScreen
Les vaches sous caméra pendant 24 heures

Que font les vaches quand les éleveurs ne sont pas là ? Telle est la question qui trouve une réponse au travers du nouveau service de Littoral Normand. L’organisme de conseil en élevage s’est équipé de caméras Time Lapse pour filmer le comportement du troupeau pendant 24 h. A Gouvets, au Gaec de la Pomme d’or, Mickaël Barbier l’a testé.

© SB

En 2019, le service BatiScreen se voulait expérimental. Littoral Normand s’est équipé de caméras Time Lapse pour filmer le comportement du troupeau sur 24 h. Cette caméra permet de prendre une photo toutes les 10 ou 20 secondes. Et en cinq minutes, l’éleveur peut prendre connaissance de la vie à l’intérieur de son bâtiment. L’année dernière, Mickaël Barbier, installé à Gouvets, a testé le système.

Le bien-être du troupeau
Positionnée de manière à voir le couloir d’alimentation et les logettes, la caméra fait apparaitre tous les mouvements des 24 h. « Nous pouvons observer le comportement du troupeau dans le bâtiment en dehors des heures de présence des personnes, durant les phases de distributions de fourrages ou pendant toute la nuit. Cette méthode permet alors de poser un diagnostic sur le bien-être du troupeau », prévient Florine Hardy, chargée d’expérimentation à Littoral Normand.

Les points de vigilance
« Je pensais avoir un problème de couchage. J’avais un doute sur le confort des logettes », note l’éleveur. Et cette vidéo, regardée en accéléré pendant 5 minutes, « nous a rassurés sur le confort », assure Mickaël Barbier. Même si certaines vaches ont tendance à prendre son temps pour se coucher, cela ne pointe pas de difficultés majeures. Le nombre de points d’eau mis en évidence n’a pas non plus fait ressortir de problème d’abreuvement. Le jour de la pose de la caméra, les vaches sont restées longtemps en station debout au cornadis. « On bloque après la traite. Mais cette journée-là, il y avait une raison. Des échographies étaient programmées. Ce qui n’est pas le cas chaque jour », argumente l’éleveur. Quant aux refus devant l’auge, ils ne sont pas enlevés quotidiennement. Un point de vigilance soulevé par le technicien.

Un œil extérieur
Cette analyse est faite selon une grille d’évaluation, permettant ainsi d’interpréter le film. Et ce n’est pas le technicien qui suit l’exploitation qui le fait. « Il faut toujours un œil extérieur », explique Florine Hardy. Au visionnage du film, l’éleveur regarde aussi une vidéo d’une autre exploitation, « parce qu’on voir plus facilement les défauts chez les autres », ajoute-t-elle.
« La finalité est bien de déceler des éléments de conduite ou d’équipements pénalisants dans le confort du troupeau », prévient Florine Hardy. Cette approche met en lumière les durées où l’alimentation est inaccessible, les points d’encombrement du bâtiment, les endroits où les animaux ne vont pas dans un bâtiment, le temps passé par les animaux à se reposer ou à attendre debout dans des couloirs. « C’est aussi un bon moyen de valider des réglages de logette par la durée que mettent les animaux à se coucher ou se relever et par le nombre et la durée que les vaches restent debout ou perchées dans les logettes », complète-t-elle. Mais bien souvent, il est l’occasion de « rassurer l’éleveur sur ses équipements ou l’aménagement de ses bâtiments » avance la technicienne, qui ont sans aucun doute sur la performance de l’élevage.
Les caméras Time Lapse ont d’ores et déjà été utilisées dans une vingtaine d’élevages depuis le début d’année. De la phase d’expérimentation, ce service est désormais commercialisé.
Depuis, Mickaël Barbier s’est équipé de caméra pour avoir l’œil sur ses vaches, notamment le soir. « Je n’ai plus besoin de redescendre au bâtiment. Cela évite des déplacements » conclut-il

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité