Aller au contenu principal

Les valeurs coopératives de Julien Le Guillois : équité et transparence

lll Julien Le Guillois est naisseur-engraisseur à Le Manoir. (14) Sur 140 ha, il cultive également des céréales. Il est adhérent à la Coop de Creully depuis son installation en 2006 et défend ses valeurs.

© JP

>> Quel est votre rôle au sein de la Coop de Creully ?
Je suis simple adhérent. J’ai participé à une formation « Atout jeunes » en 2016 à l’initiative de la Coop et dont le but est de former de futurs administrateurs.

>> Quelles sont les valeurs coopératives qui vous sont les plus chères et dans lesquelles vous vous retrouvez ?
Equité et transparence. L’équité entre tous les membres. La transparence de gestion. A l’assemblée générale, il n’y a pas de langue de bois, les réponses sont données. C’est une Coop à taille humaine, j’ai le numéro du président, je peux l’appeler à tout moment. Le conseil d’administration a un pouvoir réel et non les administratifs, ils représentent vraiment les intérêts des adhérents. Ça me tient à cœur que le pouvoir reste dans les mains des administrateurs. La Coop est saine, elle essaye de toujours suivre le mouvement tout en restant à taille humaine.

>> Du point de vue économique, quelle importance la Coop revêt-elle pour ses adhérents ?
J’ai un technicien pour les bêtes qui passe quatre fois par an sur l’exploitation. Il me conseille sur l’alimentation. J’ai aussi un très bon technicien pour la partie surface. Si j’ai un problème, je l’appelle, il passe sur la parcelle et on se contacte. Dans la journée, j’ai une réponse.
La Coop a aussi été pionnière dans la mise en place et le développement de la filière féverole humaine avec l’Egypte. Elle a su s’équiper d’un trieur optique pour répondre à leur demande.

>> Quel pourrait être l’impact pour la Coop du projet d’ordonnance sur la séparation de la vente et du conseil ?

L’organisation va devoir changer pour se plier aux nouvelles règles. Ça va entraîner un surcoût. Cet impact financier va se répercuter sur les adhérents. C’est déplorable, l’Etat en remet une couche. Le but est soi-disant de faire des économies parce que les techniciens pousseraient à la consommation, mais ce n’est pas vrai. La Coop est au service de ses adhérents, elle n’a aucun intérêt à les pousser à la consommation. Les traitements représentent un engagement financier, ce n’est pas par plaisir qu’on épand, c’est pour soigner la plante ou lutter contre une attaque de ravageurs. En plus, on ne sait pas qui sera désigné pour effectuer le conseil. Ils imposent des choses sans penser aux solutions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité