Aller au contenu principal

Les « Vdc » ouvrent leurs portes à Saint-Manvieu-Norrey (14)

Samedi 25 mai, la SARL Vandecandelaère fête ses 40 ans. L’entreprise de travaux agricole est née de l’achat d’une arracheuse à betterave. En 2019, les parents et les deux fils donnent la priorité au lin.

© JP

« Lin ne va pas sans l’autre. » Jeu de mot non prémédité de Bruno Vandecandelaère, fils de Cécile et Hervé, frère de Marc. Parents et enfants sont associés, deux fois. La première au sein de l’EARL, exploitation de 280 ha et 75 vaches allaitantes de race Charolaise. La deuxième, au sein de la SARL, entreprise de travaux agricoles, qui fête ses 40 ans cette année, à Saint-Manvieu-Norrey (14). Les « Vdc », comme certains les appellent, donnent rendez-vous samedi 25 mai.

Matériel décomposé
« Maman a déposé la demande de création de l’entreprise de travaux agricoles en février 1979 », raconte Marc Vandecandelaère, en tournant les pages d’un album photo. L’histoire de l’ETA commence avec l’achat d’une arracheuse aligneuse à betteraves arrière et d’une effeuilleuse avant.
« Mon mari était installé depuis 1971, nous nous sommes mariés en 1978, poursuit Cécile Vandecandelaère. Les voisins sont venus nous voir, on a démarré avec du matériel décomposé. » Quatre ans plus tard, le couple investit dans une automotrice. Puis dans du matériel de battage de moisson, en 1986. « En 1998, lors de l’achat de la deuxième moissonneuse, la banque nous a demandé des contrats de cinq ans signés par nos clients. »
« On a eu notre première arracheuse de lin en 1999 », précise Cécile. Période à laquelle arrivent Marc et Bruno dans l’entreprise. « Nous avons commencé comme salariés », se souviennent les deux frères. Puis ils prennent des parts dans la société qui se transforme en SARL le 9 juillet 2009. Les quatre associés développent la structure et embauchent deux personnes.

Le hangar est complété
Depuis, la famille « Vdc » donne la priorité au lin, elle choisit de ne pas s’investir dans le maïs ni l’épandage.
« Le lin représente 40% de notre chiffre d’affaires. Nous arrachons 1 000 ha et en retournons 600 ha selon les années », apprécie Bruno. Cette année, le hangar de matériel est complété par une arracheuse et une retourneuses double. Portant la flotte de matériel dédié au lin à : « trois arracheuses, trois retourneuses doubles et trois simples, et neuf enrouleurs. Nous ne surchargeons pas nos machines », insiste Marc.

55 km de rayon
L’entreprise assure des travaux linicoles dans un rayon de 55 km autour du siège de l’exploitation. « Nous gardons nos clients fidèles. Nous ne sommes pas dans la prospection. » Samedi 25 mai, la famille Vandecandelaère organise un après-midi portes ouvertes pour « remercier nos clients, nos salariés et nos fournisseurs ». Et Cécile de compléter : « pour nous ouvrir aux autres, communiquer sur notre métier. Nous sommes dans une commune urbaine, c’est important d’expliquer aux gens pourquoi nous avons de grosses machines ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité