Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les veaux plus mobiles avec Calfwalker

Le GDS de la Manche a permis à une innovation de voir le jour avec le concours de l’entreprise Hardy de Carentan. Il s’agit d’un parc mobile à veau appelé le Calfwalker qui peut entrer dans le dispositif du petit équipement aidé par le Conseil départemental de la Manche.

Le calfwalker, construit par l’entreprise Hardy dirigé par Jean-Louis Hardy, a été exposé à la foire de Lessay. Ce parc mobile à veau devrait faire son apparition dans les exploitations. DR
Le calfwalker, construit par l’entreprise Hardy dirigé par Jean-Louis Hardy, a été exposé à la foire de Lessay. Ce parc mobile à veau devrait faire son apparition dans les exploitations. DR
© DR

Il n’est pas rare aujourd’hui que les éleveurs choisissent des cases individuelles pour les petits veaux. Et arrivés à l’âge de 2 mois et demi, ils rejoignent des cases collectives. La manutention n’est pas sans danger. Un constat qui a permis aux équipes du GDS de la Manche de lancer une réflexion sur le déplacement des veaux avec le concours d’une entreprise Hardy de Carentan. « Bien souvent, on emmène les veaux à la corde de la case individuelle à la case collective. Or, ce sont des animaux jeunes et vifs » précise Hervé Marie, président du GDS, qui a souhaité « mettre quelque chose en place pour que les mouvements d’animaux aient lieu sans danger, et réduire la pénibilité de ». C’est ainsi qu’est né le parc à veau mobile appelé « calwalker ».

Réfléchir à un nouvel outil
Grâce à ses roues, le parc se déplace pour se positionner près de la case individuelle. En ouvrant le portillon, le veau entre et direction la case collective. C’est tout simple. Mais c’est une innovation conduite avec l’entreprise Hardy. « Cela fait partie de nos missions que de réfléchir à un tel outil » confie Jean-Louis Hardy, à la tête de l’entreprise de matériel agricole, installée à Carentan depuis 1960.  « Notre souci majeur, c’est de répondre aux besoins des agriculteurs » assure Jean-Louis Hardy.

Un prototype évolutif
Ce prototype, qui est évolutif, sort tout juste des ateliers Hardy. « Nous sommes une entreprise artisanale qui mise sur l’innovation » souligne le responsable. Au fil des remarques des éleveurs, des ajustements pourront être apportés. Le premier exemplaire, mis en jeu lors de la foire de Lessay, partira à Saint-Georges-de-la-Rivière chez Christine Lavalley. Le lot sera remis au sein de l’entreprise.

Aidé à 40 %
Ce petit équipement, estimé à moins de 1 500 €, entre dans le dispositif déployé par le Conseil départemental de la Manche, qui vient en aide à hauteur de 40 %. « A la fois, c’est une innovation qui répond à une difficulté des agriculteurs et qui permet à une entreprise manchoise d’apporter son savoir-faire » indique Philippe Bas, président du Conseil départemental. Il ne reste plus qu’aux agriculteurs de passer commande.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité