Aller au contenu principal

Foire de Gavray
Les ventes de chevaux s'emballent

Par rapport à Lessay, en septembre, la foire de Gavray a connu une bonne activité en vente de chevaux, ânes et poneys.

Cette année, environ 700 têtes ont été présentés dans le cadre de la foire, avec un commerce plus actif qu’à Lessay.
Cette année, environ 700 têtes ont été présentés dans le cadre de la foire, avec un commerce plus actif qu’à Lessay.
© PYD
Lieu de commerce, de rencontre et de convivialité, Gavray est sans conteste l’un des rendez-vous de la ruralité. L’édition 2007 n’a pas dérogé à cette tradition avec une forte fréquentation de l’activité, des couleurs, avec en particulier une foire aux citrouilles et potirons, spécialité du lieu. L’allée des rôtisseurs, descendus du Nord-Cotentin, attire toujours la foule à la mi-journée, avec tentes pleines à craquer où l’on déguste, entre amis, l’agneau roussin, accompagné de cidre et de frites. Foire aux chevaux La célèbre foire aux chevaux qui ouvre la manifestation en est le temps fort, même si l’effectif présenté n’augmente pas, au contraire, au fil des ans. Il y avait tout cette année quelques 700 têtes et le commerce s’est avéré satisfaisant, en tout cas plus actif qu’à Lessay, début septembre. Pas mal de foals selle français ont trouvé preneur entre 2500 et 3700 euros. Une belle fille d’Hurlevent de Breka, en provenance d’un élevage connu, obtenait même 4500 euros. Dans les sujets plus ordinaires, les prix allaient de 1700 à 2300 euros. Quelques trois ans sont partis entre 1800 et 3800 euros, alors que les sujets de réforme pour la viande se négociaient entre 2,20 à 2,50 euros le kilo de carcasse. En chevaux de trait, les mâles de l’année sont partis pour la viande entre 520 et 650 euros, suivant le poids et la qualité; les adultes, eux, à environ 1 euro le kilo vif. Quelques bonnes femelles pour l’élevagge se sont négociés entre 800 et 1000 euros, ceux pour l’attelage jusqu’à 1500 euros. Assez bon commerce en poneys, surtout en adultes facilement utilisables et beaux, en l’occurrence 550 à 700 euros pour les foals et plus en adultes (sujets avec papier). Enfin, bonne activité également en ânes dont les petits mâles ont été demandés, donc plus chers, de 300 à 380 euros. Les femelles se négociaient facilement de 700 à 850 euros.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité