Aller au contenu principal

Congrès de la Fédération Nationale Bovine
"L'État doit aider les éleveurs"

Les deux jours du congrès de Cherbourg ont permis aux délégués de la FNB, venus de toute les régions de France, de phosphorer sur l’actuelle conjoncture viande bovine. Au cœur du problème, un revenu en perte de vitesse et des zones fourragères en régression au profit des végétaux, sans oublier l’épineuse question du découplage de la PMTVA

Pierre Chevalier, président de la FNB, "pas question de découpler la PMTVA, mais nous plaidons pour une mise en place de soutiens différenciés"
Pierre Chevalier, président de la FNB, "pas question de découpler la PMTVA, mais nous plaidons pour une mise en place de soutiens différenciés"
© EC

 Tour à tour, sous les voûtes de la Cité de la Mer, Jean-Michel Lemétayer, le « patron » de la FNSEA, William Villeneuve (JA), Pascal Férey (FRSEA) ont mis en exergue la réorganisation de l’approvisionnement des abattoirs, les marges abusives de la grande distribution faites sur le dos des producteurs. Des producteurs qui souffrent  au point que Pierre Chevalier, dans sa conclusion, a lancé « soit on prend réellement en compte les problèmes de la filière et on l’aide efficacement, ou alors autant importer des plats cuisinés du Brésil ». Dominique Barrault, lui, ajoute, « nous prenons nos responsabilités sur ce secteur. Même si nous ne pouvons agir directement sur les curseurs, la FNSEA peut donner les tendances ». Et d’indiquer, « en 2009, la FNSEA, vue la conjoncture, ne présentera pas de nouveau rapport d’orientation mais travaillera sur celui établie en 2008 concernant le bilan de santé de la PAC. Non seulement, il en va de l’avenir de nombreuses exploitations mais aussi de la vitalité économique en milieu rural par le biais des abattoirs et des emplois induits ». La futures orientations de la PAC et les décisions de la commission européenne inquiètent les éleveurs spécialisés, mais aussi laitiers, d’ailleurs Henri Brichard, président de la FNPL, avait fait le déplacement pour souligner un travail commun entre les deux structures ». Enfin, concernant un éventuel découplage total de la PMTVA, Pierre Chevalier ne veut pas en entendre parler et plaide pour des soutiens différenciés selon les productions. Dernier point, la FCO, tout le petit monde de l’élevage allaitant et laitier s’accorde pour que cela soit directement l’éleveur qui vaccine contre les sérotypes 1 et 8.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
FDSEA 50, conférence de presse
La souveraineté alimentaire prend du plomb dans l’aile
La FDSEA de la Manche ne veut pas jouer les oiseaux de mauvais augure mais prévient déjà que, pour certains produits comme la…
Publicité