Aller au contenu principal

Sortie
Leur entreprise : un labyrinthe

Marine et Joseph Dechaufour sont des enfants d’agriculteur. Pour travailler l’été, ils ont créé leur petite entreprise : le labyrinthe en maïs de Caen. Mais le frère et la sœur s’y retrouvent. Depuis deux ans, l’attraction accueille petits et grands aventuriers.

Dans le monde de Grove, les Elfes et les fées vivent en harmonie sur le territoire de Manthe, protégé de créatures hostiles par une bulle magique.Cette bulle se forme grâce à la présence de deux éléments : la pierre blanche des elfes et Kira, la reine des fées. Mais, Kira a été capturée par les fées”. Le visiteur doit donc choisir le chemin des elfes pour sauver Kira, ou le parcours des fées pour protéger Manthe. Le thème de ce labyrinthe est imaginaire, mais le projet d’entreprise bien réel. Marine et Joseph sont étudiants. La création du labyrinthe s’est donc révélée un exercice grandeur nature. “On a tous les deux fait des études de commerce. Un soir, on s’est demandé ce qu’on ferait si on montait notre boîte. On a échangé nos idées. Joseph s’était beaucoup amusé dans un labyrinthe en Bretagne. Et si, et si, et si. On a imaginé ce qu’on ferait. Nous nous sommes également rendu compte que nous avions des proches qui pourraient nous aider pour lancer ce projet. Plutôt que de faire un stage classique de fin d’étude, j’ai donc décidé de créer cette petite entreprise avec mon frère”, explique Marine Dechaufour. Une mère formée aux beaux-arts, un père agriculteur et un oncle paysagiste : toutes les conditions sont réunies. L’idée se concrétise.L’aide de la famille
L’entreprise saisonnière et le premier labyrinthe voient le jour en 2006. Près de 10 000 personnes sont accueillies la première saison sur le thème des Vikings. “Notre mère nous a créé les décors. Notre oncle a tracé le parcours. Notre père nous a aidé pour semer le maïs. Avec les connaissances et le matériel de chacun, nous avons pu nous lancer dans cette immense aventure avec un apport d’étudiant”. Marine et Joseph Dechaufour créent ainsi leur structure à moindres frais. “La classe de géomètres du lycée Laplace est venue passer 2 ou 3 après-midi sur le terrain. Pour eux, c’est un exercice sympa à taille réelle. Pour nous, c’est des économies”, raconte Joseph Dechaufour. Le labyrinthe est ensuite semé en quadrillage. “On casse ainsi les rangs. Et avec la densité, les gens ne peuvent pas passer à travers. Ensuite, on suit les piquets pour retirer les maïs des chemins”. Une variété qui pousse haut et vite a également été sélectionnée.Deux parcours
Le labyrinthe compte deux parcours pour les grands et les petits ainsi que 8 kilomètres de chemin. Mais, les meilleurs ne marcheront que 1,7 et 2,2 km. Sept étapes attendent les visiteurs. Chaque aventurier part avec un carnet de bord. Il lui permet de comprendre les épreuves et de s’orienter au milieu du maïs. Et visiblement, le concept séduit. Ces jeunes entrepreneurs ont embauché un salarié pour le mois d’août. “Malgré la pluie, nous avons plus de monde que l’an passé”, précise Marine. En deux ans, l’attraction a évolué. Avec l’expérience, certaines erreurs sont évitées. À commencer par la communication : “nous avons mieux travaillé avec les offices de tourisme. Nous avons aussi arrêté les spots radio”. L’attraction est aujourd’hui couronnée de succès. Cette expérience s’est révélée très formatrice. Les agriculteurs ne sont pas les seuls à souffrir des lourdeurs administratives. “On prône les entreprises « jeunes », mais on s’est vite rendu compte qu’il n’y avait pas beaucoup de monde pour nous aider. Les relations avec l’administration nous ont pris beaucoup de temps. C’était parfois stressant et même désespérant. Il y a parfois de quoi s’y perdre...De quoi s’entraîner aussi avant la découverte du labyrinthe ! En attendant, les elfes et autres fées attendent le public jusqu’à la fin du mois de septembre. Avec eux, le public trouve toujours la sortie.
V. Motin
Pratique
- Horaires et tarifs
Ouvert chaque jour, du 7 Juillet au 2 Septembre, de 10h00 à 19h00 (entrée possible jusqu’à 19h00), et les week-ends de Septembre de 12h00 à 18h00.
- Tarifs
6 euros par adulte.
5 euros par enfant de moins de 12 ans.
Gratuit pour les enfants de moins de 4 ans.
n Sur place, retrouvez des animations pour les enfants et des commodités et services.
- Aire de pique-nique couverte (50 places assises) et non couverte (30 places) avec parasols.
- Aire de jeux : jeux en bois, jeu de quille, pétanque.
Mini ferme : chevrettes, moutons, lapins...
- Buvette : sandwichs, glaces, boissons fraîches, confiseries…
- WC, parking gratuit et espace réservé aux deux roues.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Arnaud Fossey, président de la Coopérative Isigny-Sainte-Mère.
Coopérative d’Isigny : le groupe chinois H&H détient 49,9 % du capital
Le groupe chinois H&H grimpe au capital social de la Coopérative Isigny-Sainte-Mère. Il passe de 20 % à 49,9%. Le président…
Foire de Lessay : une édition sous « pass sanitaire »
Alors qu’elle avait été annulée l’année dernière, la mythique Foire Sainte-Croix de Lessay aura bien lieu les 10, 11 et 12…
FOIRE LESSAY COMITE FESTIVAL 50
Lessay : une foire fermée avec pass sanitaire
La traditionnelle foire Sainte Croix de Lessay se déroulera du 10 au 12 septembre 2021. Cette nouvelle édition accueillera entre…
FESTIVAL JA 2021
Festival de la terre et de la ruralité : rendez-vous le 5 septembre à Virey
Le Festival de la terre et de la ruralité, organisé par les Jeunes agriculteurs de la Manche, sous l’égide de l’association des…
VIDEO. Chanvre textile : une filière en devenir proche
Une dizaine d’hectares cette année, une centaine l’an prochain, plus de mille à terme... Le chanvre textile prend racine en…
Isabelle, Michel et Arnaud Lamy - Retour troupeau - Tuberculose bovine
Tuberculose : la page se tourne avec le retour des animaux
Les Lamy, éleveurs à Millières (50), dont le troupeau a été abattu à cause de la tuberculose bovine, ont accueilli un nouveau…
Publicité