Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Jeunes Agriculteurs du Calvados
Lever les freins à l’installation en société

Le nombre de sociétés agricoles dans le Calvados est inférieur aux moyennes normande et nationale. Pour un jeune pourtant, la formule ne manque pas d’attraits

S’installer en société permet de se libérer du temps : "par exemple pour faire du syndicalisme", a proposé Loïc Baillieul, président de JA 14.
S’installer en société permet de se libérer du temps : "par exemple pour faire du syndicalisme", a proposé Loïc Baillieul, président de JA 14.
© TG
Les Jeunes Agriculteurs (JA) du Calvados tenaient, vendredi dernier à Caen, leur assemblée générale. Thème de prédilection : l’installation bien sûr mais plus particulièrement l’installation en société qui présente bien des avantages mais qui rencontre aussi quelques freins dans notre département. 4 à 5 ans de préparation Pas question évidemment pour JA 14 d’imposer la formule sociétaire. Il s’agit en premier lieu d’un choix personnel. Mais devant l’évolution du montant des reprises, face aux nouvelles attentes des jeunes en termes de conditions de vie, face à l’extinction progressive de nombreux GAEC familiaux (parents/enfants)..., il est grand temps de promouvoir de nouvelles formules d’installation et d’offrir des alternatives à l’installation individuelle. Les avantages techniques et économiques sont nombreux (voir encadré) mais les freins psychologiques constituent parfois des obstacles. Tout est question de temps et de timing juge Eric Mastorchaio, directeur adjoint de GAEC et Sociétés, pour qui il faut compter entre 3 et 5 ans entre la mise en relation d’un jeune candidat et un accueillant et la constitution d’une société. "Pour avoir le temps de se préparer et de se tromper, insiste-t-il. Si ça ne fonctionne pas, ce n’est pas un problème à partir du moment où l’on peut revenir en arrière". 30 % en HCF La majorité des installations sociétaires se font dans le cadre familial. Le schéma le plus courant étant, qu’au fil de leur activité, les parents préparent la reprise par un de leurs enfants. Or, ces sociétés devront bientôt faire face au départ à la retraite d’un ou plusieurs associés. En Pays de Loire par exemple, 40 % des exploitants de plus de 50 ans sont actuellement en sociétés pluripersonnelles. Quant au Calvados, 61 % des exploitants professionnels avaient plus de 55 ans en 2003. Cela donne une idée des places qui vont se libérer dans les prochaines années. En France, 30 % des installations se font HCF (Hors Cadre Familial). Les HCF représentent seulement 15 à 20 % des installations sociétaires en Normandie. Les installations HCF se font donc préférentiellement en installation individuelle. Il est donc primordial de travailler en direction des sociétés de type parent/enfant dont les parents vont partir à la retraite pour les encourager à s’associer avec un tiers "car dans les faits, les GAEC familiaux redeviennent individuels ou se transforment en autre société familiale. Peu évoluent vers des sociétés avec un tiers". Et déjà, en 2005 dans le Calvados, 39 % des candidats au RDI (Répertoire Départ Installation) ont déclaré vouloir s’installer en société. En revanche, seules 7 % des exploitations offertes sont des exploitations sociétaires. Il apparaît un fort décalage entre l’offre et la demande dans notre département. En conséquence, si les candidats HCF s’installent individuellement, cela résulte plus d’une situation de fait et de manque d’offres que d’une décision mûrement réfléchie. D’ailleurs, si 44 % des inscrits au RDI affirment vouloir s’installer individuellement, 30 % d’entre eux affirment ne pas avoir abordé l’installation sociétaire durant leurs études. De plus, 66 % ne renonceraient pas à l’agriculture s’ils ne trouvaient pas une exploitation individuelle qui leur convient.Les intérêts d’une installation en société • Un coût inférieur à celui d’une installation individuelle, • Permet une transmission progressive du capital des exploitations, • Permet une meilleure pérennité économique de l’exploitation, • Permet l’installation de jeunes hors cadre familial, • Permet de partager le capital mais également le travail, • Permet une meilleure technicité de chacun des associés... Les propositions de JA 14 • A travers le rapport d’orientation 2007, Jeunes Agriculteurs du Calvados a démontré que l’installation sociétaire correspond tout à fait aux objectifs de l’agriculture actuelle et se doit d’être encouragée. C’est pourquoi JA 14 propose: • Réaliser des actions de communication pour favoriser la transmission dans les structures sociétaires. • Réaliser des actions de communication en faveur de l’installation sociétaire en direction des jeunes en formation. • Réaliser un film de communication en faveur des sociétés. • Travailler les règlements intérieurs des sociétés avec les associés. • Concevoir des formations spécifiques pour les sociétés. • Former les futurs associés à travailler ensemble.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité