Aller au contenu principal

Prairiales
L’herbe demande une vraie culture

Mardi et mercredi, 15 fermes ont ouvert leurs portesdans le cadre des Prairiales. L’herbe était au menu dans les cinq départements. Exemple à Blay (14) au Gaec de la Perdrix.

La ration d’hiver compte 1/3 de luzerne pour 2/3 d’herbe.
La ration d’hiver compte 1/3 de luzerne pour 2/3 d’herbe.
© V.M.

La prairie fait son show ! Tel était le thème choisi par les organisateurs pour l’édition 2008 des Prairiales. À Blay, la “composteuse infernale” attendait donc les visiteurs. Le champ lexical fait la place belle au show, mais l’herbe reste un sujet sérieux pour l’agriculteur. Si sa pousse peut rester un spectacle, c’est de l’argent pour Bruno Anne. L’éleveur produit 270 000 litres de lait et quelques animaux à viande sur 85 hectares. “J’ai essentiellement des prairies permanentes. Le maïs représente 20 % de ma surface fourragère”. Et les prairies ont du talent. Elles produisent 6 tonnes à l’hectare.

Composteuse infernale
Pour valoriser au mieux ce potentiel de production, l’agricul-teur a soigné les accès aux parcelles. Les travaux datent de 2001. “On a décaissé, mis une couche de cailloux et surélevé le chemin pour que l’eau s’écoule”. 300 mètres de chemins permettent ainsi aux vaches d’aller mettre proprement les pattes dans le plat. “Les bourbiers sont souvent à la sortie des bâtiments. C’est le premier point à neutraliser”, constate Bruno Anne. Bilan : les vaches bénéficient de l’herbe de mi-février à la fin du mois de novembre.
Autre particularité de l’exploi-tation : la culture de luzerne. Là encore les terres permettent un bon rendement. Il atteint les 10 tonnes par hectare. “La luzerne est récoltée en ensilage à raison de trois ou quatre coupes par an. En hiver, la luzerne se substitue au maïs et limite l’apport de correcteur azoté dans la ration. Au prix de l’azote, c’est une source de motivation”, explique Thierry Métivier, de la Chambre d’agriculture du Calvados.
Pour fertiliser, Bruno Anne apporte du compost sur un tiers de ses prairies. “Le reste ne reçoit rien du tout. J’utilise la composteuse de la Cuma Calvados Innovation. 10 remorques de fumier de 15 tonnes y passent en 5 minutes. La montée en température tue les bactéries et les germes contenus dans le fumier. Le compost valorise le fumier sur les prairies. Il représente 50 unités d’azote libérées sur les parcelles”.
Le coût alimentaire de l’exploitation semble le bouquet final. Ces 44 €/1000 l justifient les démarches de Bruno Anne. L’herbe nourrit la performance économique.

V.M.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
RIP
Un outil d’expression démocratique à l’épreuve de la réalité des élevages
Mercredi 16 septembre, JA 14 a invité les parlementaires du département chez Samuel Biderre, éleveur, entre autres, de veaux de…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
MLC AG
La revanche de la coop sur le grand export
Mardi 8 septembre, les Maîtres Laitiers du Cotentin étaient réunis en assemblée générale. La coopérative annonce la négociation…
Publicité