Aller au contenu principal

Pâturages
L’herbe s’apprivoise

A Saint-Ouen-le-Pin dans le pays d’Auge, le Gaec de la Cour Madame pense bio depuis 2000. Dans cette logique "zéro intrant et zéro concentré", l’herbe est leur solution.

"Avant d’être bio, nous sommes des éleveurs”, précise d’emblée Christophe Griere, associé avec son frère Arnaud. Pour toutes les activités de l’exploitation, un objectif : la rentabilité. Christophe et Arnaud Griere sont adeptes du zéro intrant et zéro concentré. “En bio, il faut être le plus autonome possible, car tous les achats coûtent le double”, souligne Pascal Rougier, technicien Contrôle laitier du Calvados. Les éleveurs ont donc choisi l’herbe et investi dans un système de séchage en grange.

La bonne dose d’affouragement en vert
L’herbe s’apprivoise. Aveu des associés, la gestion des pâturages a considérablement progressé depuis trois ans. Les parcelles se révélaient sous exploitées. Désormais, l’exploitation n’achète plus de foin pour l’hiver et dispose même de stocks pour l’hiver. Les éleveurs bio cherchent l’autonomie, pas l’autarcie. Ils ont écouté les remarques de leur technicien de Contrôle laitier. “Nous avions un seul paddock autour de la stabulation. Les vaches se promenaient dans 30 hectares. En divisant les parcelles, nous avons réduit la surface dédiée à l’affouragement en vert de 24 à 8 hectares”, raconte Christophe Griere. Fini aussi l’affouragement du soir. Les vaches étaient nourries le soir, alors qu’elles “ rentraient le ventre plein”. Résultat : un gaspillage alimentaire qui résulte d’une ingestion trop rapide.
Mais, les éleveurs n’ont pas abandonné l’affouragement en vert. Ils ont simplement choisi de ne pas en abuser. “On s’adapte selon les saisons. Cette année, la pousse s’est révélée plus tardive. Nous avons donc prolongé l’affouragement d’un mois et ainsi amené énergie et protéine”. Principal avantage : cette méthode peut être stoppée du jour au lendemain. 
L’herbe est aujourd’hui cultivée. Les animaux y participent. “Parcelle fauchée ou parcelle pâturée : le résultat n’est pas le même. Nous avons encore une mauvaise flore car les prairies ont été mal pâturées pendant des années”, explique l’éleveur. Le cheptel profite aujourd’hui du tapis vert dès la sortie de l’hiver. Les vaches grattent et ramènent ainsi les légumineuses. L’herbe d’hiver est mangée par les génisses. Elles font un premier tour de toutes les parcelles destinées à la fauche. Objectif : éliminer les graminées pour permettre aux légumineuses de se développer.

Herbe riche et vêlages en mai
Nous voulons également intensifier les passages dans la durée”, poursuit Christophe Griere. Les vaches laitières entrent dans les parcelles quand l’herbomètre affiche 7 centimètres. Elles en sortent à 5 cm pour y revenir tous les 7 à 8 jours. “L’idéal serait d’accéder aux parcelles à 8 ou 9 cm”, précise Pascal Rougier. Une orientation motivée par la stratégie de l’exploitation. Objectif : limiter l’affouragement en vert en améliorant la flore des prairies pâturées. L’effectif du troupeau est important pendant la période estivale. Les associés ont groupé les vêlages en mai.  “Cette décision est motivée par deux critères. D’abord, il est économiquement valable de produire du lait d’été. Ensuite, nous profitons de la richesse de l’herbe à cette période”. L’exploitation a trouvé son rythme. Les vaches produisent 21 kg à 36 de TP et 39 de TB après 8 mois de lactation. “Les vaches expriment naturellement leur potentiel”.

Gaec de la Cour Madame

- 140 hectares (dont 5 ha de maïs et 15 ha de prairie temporaire).
- Au printemps, 30 ha de pâture et 8 ha d’affouragement sont dédiés aux vaches laitières.
- 450 000 litres de quota laitier.
- Séchage en grange.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Un accord a été signé pour 425 €/1 000 litres en moyenne nationale sur les quatre premiers mois de l'année. Les discussions continuent sur la formule de prix.
Accord avec Lactalis : le combat de l'Unell continue
Après plusieurs semaines de tensions et d'incertitudes, depuis décembre 2023, l'Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Soirée conviviale mais aussi l'occasion de faire plus ample connaissance entre élus ou délégués du Cerfrance Normandie Ouest (Calvados et Manche). Pour la petite histoire, la OLA d'avant match n'a pas suffi. Le Caen HB (dont le Cerfrance Normandie Ouest est partenaire) s'est incliné d'un petit but (35 à 36) et devra encore se battre pour assurer son maintien parmi l'élite.
Le Cerfrance Normandie Ouest lance sa nouvelle mandature
C'est à l'occasion du match de hand-ball Vikings contre Massy, vendredi 19 avril 2024 au Palais des Sports de Caen, qu'Antoine…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Publicité