Aller au contenu principal

Conjoncture agricole
“L’hiver sera dur sur les exploitations”

Rentrée plein pot pour les Jeunes Agriculteurs de la Manche. Après un Festival de la Terre plutôt réussi, ils embrayent sur les problèmes d’actualité avec une inquiétude, les stocks d’aliments pour l’hiver. Explications.

Ludovic Blin, président des Jeunes Agriculteurs, “cet hiver, les exploitations laitières auront des problèmes de trèsorerie”.
Ludovic Blin, président des Jeunes Agriculteurs, “cet hiver, les exploitations laitières auront des problèmes de trèsorerie”.
© E.C.
Le climat n’a pas été à la hauteur des espérances du monde agricole, particulièrement en production bovine ? “C’est le moins que l’on puisse dire. Dans le département, 50% des prairies ont reçu un excès d’eau en mai, juin et juillet. A la clé, de sacrées perturbations pour le pâturage et la récolte de l’herbe. Dans le même ordre, les maïs ont particulièrement souffert sur la côte ouest et dans le Mortainais. C’est clair, d’après nos contacts sur le terrain, certaines parcelles ne seront récoltées qu’à 10 ou 15% de leur potentiel. Un exemple, sur le canton de Saint-Pois, un de nos adhérents indique qu’il a rempli une seule remorque sur cinq ha, contre 4 à 5 d’habitude. Dans cette optique, nous avons demandé la mise en place d’une mission d’enquête, conjointement avec la FDSEA pour constater les dégâts. Des expertises restent à faire sur la région Nord, le Préfet en tirera les conclusions qui s’imposent”. L’hiver sera donc plutôt dur sur les exploitations ? “Nous effectuons actuellement un recensement des stocks fourragers chez nos adhérents afin de mieux cerner les difficultés. C’est clair, au niveau de l’ensilage beaucoup d’exploitations seront dans le rouge. Par ailleurs, on note une augmentation sensible du prix des aliments “bovins”. Les trèsoreries vont souffrir”. L’augmentation du prix du lait va t-elle compenser cette hausse de l’aliment ? “Absolument pas. En raison d’une forte demande sur d’autres filières (comme les bio-carburants),de mauvaises récoltes un peu partout en Europe, le prix de l’aliment monte quasiment de semaine en semaine. Le lait, même s’il y a eu une petite hausse, ne compense rien. Certains se posent déjà la question d’arrêter cette production pour faire autre chose, comme les céréales : moins de contraintes et de bon rapport. Nous demandons impérativement une hausse significative du prix du lait. Je souhaite aussi que les Pouvoirs Publics prennent en compte la spécificité des bassins laitiers en faisant évoluer les quotas. Il est impensable de voir des pénalités pour dépassement de quota, alors que l’on manque de matière première”. La production porcine commence à souffrir. Pour vous, quelle en est la cause ? “Une fois de plus, la hausse des aliments pénalise une production, importante pour le département et l’Ouest”. Actuellement, il manque 25 centimes/kilo de carcasse pour faire la soudure. Attention, des ateliers pourraient fermer avec un risque de décentralisation de la production sur d’autres départements. Les jeunes installés sont d’ailleurs beaucoup plus fragiles, et ce dans toutes les productions. C’est pourquoi, au niveau bovin, nous remettons le couvert pour réclamer des financers sur le Plan de Modernisation des Bâtiments d’Élevage (PMBE). Votre réflexion sur la fermeture de l’abattoir de Vire ? “Bien évidemment, ce sont les producteurs qui sont lésès en premier. Le site de Cherbourg, lui semble se pérenniser; je tiens à rappeler que si la région a mis 100 000 euros dans cet abattoir, les Jeunes Agriculteurs et la FDSEA y sont pour quelque chose. Nous sommes montés au créneau à de nombreuses reprises pour que les collectivités mettent la main au portefeuille”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité