Aller au contenu principal

Huile végétale
L’huile cherche encore à exploser

A Falaise, Stéphan Brehon s’est engagé avec la Cuma Calvados innovation. Cette année, il a fait triturer 27 tonnes de colza, soit l’équivalent d’une dizaine d’hectares. Les tourteaux sont valorisés, mais l’éleveur cherche aujourd’hui des débouchés pour son huile.

Stéphan Brehon prône le long terme, la stabilité et la proximité. Histoire de s’isoler des aléas du marché. L’agriculteur a donc suivi le pari de la Cuma Calvados innovation et son investissement de 200 000 euros. A l’époque, le fioul se négocie 50 €/100 litres. “La consommation de carburant de mon exploitation augmentait. Je me suis lancé dans la trituration avant tout pour l’huile végétale. L’année dernière, les cours du pétrole ont confirmé mon choix. Le fioul a ensuite atteint 1€ le litre”, explique l’agriculteur.

Des tourteaux bien valorisés
Depuis, les barils d’or noir ont chuté. Pas les prix des aliments. Depuis, son discours a évolué. Les tourteaux y prennent une place prépondérante. “Les tourteaux valent 180 €/tonne. J’ai substitué 1,5 kg d’aliment 250 €/tonne par 2 kg de colza. Cette filière courte favorise l’autonomie de mon exploitation grâce à un produit normé. La presse produit des tourteaux à 10-12 % de matière grasse. Actuellement je triture pour les tourteaux, pas pour l’huile”. L’éleveur a ainsi acheté 10 tonnes de tourteaux supplémentaires à un voisin. Au total, il en a distribué 30 tonnes à ses 60 vaches laitières. Côté carburant : l’éleveur mélange 70% de fioul et 30 % d’huile. “Contrairement à certaines idées reçues, la valorisation des tourteaux est aisée. En revanche, j’ai trop d’huile végétale. J’en produis 4000 litres de trop. L’année dernière, j’ai vendu 3000 litres pour la ration de porcs. Quand j’aurai terminé les tourteaux, j’intégrerai également 200 grammes d’huile dans la ration de mes animaux”. Autour de la fédération des Cuma, les producteurs cherchent à s’organiser. “Nous avons actuellement besoin de trouver des débouchés pour l’huile. Il s’agit de grouper l’offre et d’organiser la collecte. Isolé avec ses 3000 litres, un producteur ne peut pas répondre au marché d’un nutritionniste. Avec 30 000 litres, on est crédible”, explique Etienne Fels de la fédération des Cuma du Calvados.

L’huile peut redevenir compétitive
Mais l’huile végétale pure (HVP) n’a pas dit son dernier mot et semble attendre la remontée du pétrole pour faire rugir de nouveaux moteurs. Les charges énergétiques laissent un goût amer aux exploitants. L’huile adoucira encore la facture de carburant. Les cours du colza suivent ceux du baril, mais en évitant les extrêmes. “Le prix de l’HVP baisse moins que le fioul. En revanche, il monte aussi moins haut. Les à coups sont moindres”, insiste Stéphan Brehon. Quand l’éleveur achetait son fioul 100 €/100 litres, son huile lui revenait à 85-90 €/100 litres. Seul bémol : avec un fioul à 42 €/100 litres, l’avantage comparatif s’inverse. L’huile coûte 60 €/1000 litres. Ces aléas ne découragent pas l’agriculteur. Dans le Calvados, il reste le principal utilisateur de la presse. Stéphane Bréhon s’engage et joue la carte de l’innovation. “C’est aussi le rôle de la Cuma. Elle met en place des outils d’avenir. J’ai choisi de ne pas viser la rentabilité au jour le jour”. D’autres semblent suivre ce raisonnement. Malgré une conjoncture défavorable, les tonnages triturés ont augmenté. Les adhérents ont fait presser 10 tonnes en moyenne contre 7 t l’année précédente. Au-delà de l’huile, le tourteau a ses adeptes.

« La qualité du mélange est primordiale »

 

Pour l’entretien de mes tracteurs, je n’ai pas changé mes habitudes à cause de la carburation”, atteste Stéphan Bréhon. L’agriculteur mélange l’huile et le fioul au stockage. Son carburant est stocké dans des cuves de 1000 litres. Avant chaque plein, le mélange est brassé pendant deux minutes. “C’est la bonne solution. La qualité du mélange est primordiale. Si l’huile est ajoutée directement dans le réservoir du tracteur, elle a tendance à glisser le long de la paroi vers le fond”, détaille Etienne Fels. Stéphan Bréhon utilise son sur un tracteur équipé d’un moteur à rampe commune. Il ne déplore aucune incidence sur ses coûts d’entretien : “le changement des filtres n’est pas plus fréquent qu’avant”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité