Aller au contenu principal
Font Size

Gastronomie
L’huître conquérante

Sous l’impulsion des producteurs, les “creuses” de Normandie, gagnent progressivement leurs lettres de noblesses auprès des consommateurs français et étrangers. 

© AD

Ils parlent d’hectares ; ils élèvent, ils exploitent, ils sont ancrés à un terroir... Souvent à la tête de petites entreprises familiales n’ayant pas plus de 4-5 salariés, les ostréiculteurs normands sont surnommés à juste titre “les paysans de la mer”. Car implantés sur une côte ayant les plus fortes marées d’Europe (jusqu’à 14 m de marnage), découvrant un estran allant jusqu’à 6 km, le tracteur est un outil de travail aussi précieux qu’indispensable. C’est aussi un marqueur identitaire fort, qui différencie l’ostréiculture normande de celle de Charente, d’Aquitaine, du Croisic, de Méditerranée ou même de Bretagne.
Saint-Vaast pour la touche de noisette, Gouville pour l’iode, Asnelles pour l’équilibre et le tonus... “En Normandie, il y a des huîtres pour tous les goûts, c’est l’une des grandes forces de la filière”, garantit Jean-Marc Jacquette, chargé de mission au comité régional conchyliculture de Normandie (CRC). Mais les normandes souffrent encore d’un déficit de notoriété face à la voisine cancalaise, la traditionnelle d’Arcachon, les subtiles fines
de claires, et les aristocratiques Gillardeau. 
A qui la faute ? Pas à ce pauvre bivalve, qui fait de son mieux pour exprimer toute la diversité des terroirs des côtes normandes. Mais bien qu’ayant un passé conchylicole datant du XVIe siècle, la Normandie n’a réellement développé sa production que depuis les années 70, ce qui en fait le plus jeune bassin de production de France. Et pendant des années, la Normandie s’est “contentée” de produire des huîtres pour les autres bassins de production. Aujourd’hui encore, Marennes d’Oléron et consorts ont souvent “poussé” sur les côtes normandes, avant d’être “affinées”, et estampillées du lieu final d’expédition, sans mention à la Normandie. 
Notamment avec les problèmes de mortalité qui ont explosé en 2008 (de 30 à 40 % de pertes par cycle, en moyenne en Normandie), la filière normande s’organise pour créer une offre différenciée et capter ainsi la valeur ajoutée. Et le consommateur y gagne une palette de goûts supplémentaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité