Aller au contenu principal

Sanitaire
L´IBR sur le chemin de l´éradication

Un arrêté rendant obligatoire la lutte contre l´IBR a été signé le 26 décembre dernier.

L´IBR (rhino trachéite bovine infectieuse) est plus que jamais dans le collimateur des services sanitaires départementaux. La lutte entamée en 1991 (dépistage à la prophylaxie et lors de l´achat) s´est poursuivie en 1999 par la certification d´élevages indemmes, le GDS étant l´organisme certificateur . Nouveau virage il y a quelques jours : la lutte contre l´IBR est rendue obligatoire par arrêté préfectoral. Objectif : "chasser cette maladie de notre département sous 3 ans" pronostique Etienne Gavart, directeur du GDS 14.

Passer la surmultipliée
Et pourtant, le Calvados n´est pas le mauvais élève de l´étable France sur ce dossier. Bien sûr, les Bretons ont éradiqué la maladie depuis plusieurs années et la Manche fait mieux en terme de prévalence. Mais les conditions réunies et autorisant à prendre cet arrêté (unique en France avec la Lorraine) vont permettre de passer la surmultipliée. Quels sont les enjeux ? "Conforter nos marchés à l´export, notamment vers l´Allemagne et l´Espagne, et en interne. Une fois les objectifs atteints, il sera possible d´envisager des allégements de contrôles et de recentrer nos missions sur d´autres dossiers" estime Etienne Gavart. Th. Guillemot

Concrètement
Organisation de la lutte départementale
REPERAGE DES ANIMAUX POSITIFS
Dépistage à l´achat
- tout bovin introduit dans un atelier non dérogataire doit faire l´objet d´un test IBR à l´achat.
- en cas de résultat positif à l´achat, le vétérinaire doit effectuer un contrôle d´isolement du bovin positif. Si le bovin a été en contact avec d´autres bovins, ceux-ci devront faire l´objet d´un nouveau contrôle sanguin, un mois après la fin du contact avec le bovin positif.
- il est fortement conseillé de retourner dès connaissance du résultat l´animal détecté positif à son vendeur. Sinon, cet animal devra être vacciné, puis vendu à la boucherie, et l´exploitation devra réaliser annuellement des prises de sang sur l´intégralité des animaux, de manière à vérifier la non circulation du virus.

Dépistage de prophylaxie
- toute exploitation doit faire dépister?l´IBR dans son cheptel. Ce dépistage se fait par contrôle semestriel sur le lait livré à la laiterie (organisé automatiquement par le GDS) et/ou par prise de sang sur les bovins de plus de 24 mois non laitiers.
- toute exploitation où est détenu au moins un animal connu positif à l´IBR doit faire contrôler l´intégralité des bovins (quel que soit leur âge) par prise de sang annuelle.
VACCINATION DES ANIMAUX POSITIFS
- tout animal connu positif à l´IBR, s´il n´est pas vendu à la boucherie dans le mois qui suit le résultat positif, doit être vacciné contre l´IBR.
- la vaccination doit être faite par le vétérinaire sanitaire de l´exploitation.
- la vaccination est considérée valable avec :
.une primovaccination,
.un rappel à un mois,
.un rappel annuel.

ELIMINATION DES ANIMAUX POSITIFS
- tout animal positif ne peut être vendu qu´à l´abattoir ou à un atelier dérogataire.
- toute personne commercialisant un animal connu positif engage ses responsabilités civile et pénale.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Agrial innove face aux défis climatiques
A Vieux, le Gaec des Papineaux a reçu, vendredi 10 et samedi 11 juin 2022, sur son exploitation plus de 4 000 visiteurs dans le…
308 millions d’euros pour compenser la hausse du prix des aliments
Dans le cadre du plan de résilience annoncé en mars 2022, le gouvernement a affecté une enveloppe de 308,5 millions d’euros…
Entre Danone et l’OP des 3 Vallées, le prix du lait encore en débat
L’OP des 3 Vallées (Danone Molay-Littry) était réunie en AG mercredi 8 juin 2022, à Torteval-Quesnay (14). Les éleveurs ont fait…
Luzerne
Éleveurs et cultivateurs créent une mini-filière de luzerne
La Cuma Séchoir collectif plaine Pays d’Auge est née il y a deux ans et demi. Elle regroupe des cultivateurs et des éleveurs qui…
Les premières coupes de silphie sous l’oeil de la coop de Creully
Près de 100 personnes, adhérents et techniciens de la Coopérative de Creully, ont assisté à la démonstration de coupe de silphie…
Rendez-vous Tech bio
Rendez-vous tech&bio : au Gaec 2000, des hôtes heureux
Gilles et Florence Haelewyn sont installés à Commes depuis 1994. La conversion en bio des terres et du cheptel date, elle, de…
Publicité