Aller au contenu principal

Yannick Kéraudy, président de l’IFPC (Institut Français des Productions Cidricoles)
L'IFPC est qualifié Institut technique agro-industriel

Après avoir été retoqué il y a quelques mois, l’IFPC (Institut Français des Productions Cidricoles), ancienne dénomination du CTPC (Centre Technique des Productions Cidricoles), vient d’obtenir sa qualification en tant qu’Institut technique agro-industriel. Cela change quoi ? Les explications de son président, Yannik Kéraudy.

"Nous avons fait notre travail".
"Nous avons fait notre travail".
© TG

Cette qualification, c’est enfin la reconnaissance ?
Nous avons montré que nous répondions aux attentes de partenariat et d’ouverture vers d’autres centres techniques comme l’IFVV (anciennement ITV France), le CTPCA (Centre Technique de la Conservation des Produits Agricoles) pour travailler sur la pasteurisation ou bien encore l’INRA. 
Mais pour être clair, nous n’avions pas compris pourquoi notre dossier avait été retoqué une première fois. Nous n’avions rien à nous reprocher si ce n’est notre taille. Notre taille n’a pas changé mais nous avons montré que nous bougions, notamment à travers notre adhésion à Terres d’Innovation.

Peut-être y-a-t-il eu aussi du lobbying ?
Nous avons fait notre travail. Que ce soit l’UNICID ou l’IFPC à travers son directeur et son président. Nous n’avons jamais baissé les bras.

Sur le fond, cela change quoi pour la filière cidricole ?
Rien dans le quotidien sauf que cela nous conforte dans nos orientations. Cela signifie aussi la reconnaissance, par les pouvoirs publics, du rôle de l’IFPC. Personne ne fera notre travail à notre place. Mécaniquement, nous sommes confortés dans notre mission de chef de projets en tant qu’institut technique agro-industriel.

Financièrement, il sera plus facile de lever des fonds ?
C’est effectivement aussi un volet à prendre en compte. Cette reconnaissance nous donne plus de lisibilité pour les 4 ans à venir et renforce nos chantiers en cours.

Un dernier mot sur la campagne cidricole qui démarre ?
Sur le plan quantitatif, en Bretagne en tout cas, ce ne sera pas une grosse campagne. Qualitativement et à l’instar de 2007, on a manqué d’un peu de soleil.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Trois représentants de l’État visitent les fermes du Calvados
Le sous-préfet de Lisieux et la FDSEA, jeudi 17 novembre 2022. La sous-préfète de Vire et la Chambre, vendredi 18 novembre 2022.…
[EN IMAGES] La juge est fan de Jeannette dans la Manche
L’édition 2022 a été un bon cru pour le concours interdépartemental en race Normande à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 7 novembre…
Publicité