Aller au contenu principal

Yannick Kéraudy, président de l’IFPC (Institut Français des Productions Cidricoles)
L'IFPC est qualifié Institut technique agro-industriel

Après avoir été retoqué il y a quelques mois, l’IFPC (Institut Français des Productions Cidricoles), ancienne dénomination du CTPC (Centre Technique des Productions Cidricoles), vient d’obtenir sa qualification en tant qu’Institut technique agro-industriel. Cela change quoi ? Les explications de son président, Yannik Kéraudy.

"Nous avons fait notre travail".
"Nous avons fait notre travail".
© TG

Cette qualification, c’est enfin la reconnaissance ?
Nous avons montré que nous répondions aux attentes de partenariat et d’ouverture vers d’autres centres techniques comme l’IFVV (anciennement ITV France), le CTPCA (Centre Technique de la Conservation des Produits Agricoles) pour travailler sur la pasteurisation ou bien encore l’INRA. 
Mais pour être clair, nous n’avions pas compris pourquoi notre dossier avait été retoqué une première fois. Nous n’avions rien à nous reprocher si ce n’est notre taille. Notre taille n’a pas changé mais nous avons montré que nous bougions, notamment à travers notre adhésion à Terres d’Innovation.

Peut-être y-a-t-il eu aussi du lobbying ?
Nous avons fait notre travail. Que ce soit l’UNICID ou l’IFPC à travers son directeur et son président. Nous n’avons jamais baissé les bras.

Sur le fond, cela change quoi pour la filière cidricole ?
Rien dans le quotidien sauf que cela nous conforte dans nos orientations. Cela signifie aussi la reconnaissance, par les pouvoirs publics, du rôle de l’IFPC. Personne ne fera notre travail à notre place. Mécaniquement, nous sommes confortés dans notre mission de chef de projets en tant qu’institut technique agro-industriel.

Financièrement, il sera plus facile de lever des fonds ?
C’est effectivement aussi un volet à prendre en compte. Cette reconnaissance nous donne plus de lisibilité pour les 4 ans à venir et renforce nos chantiers en cours.

Un dernier mot sur la campagne cidricole qui démarre ?
Sur le plan quantitatif, en Bretagne en tout cas, ce ne sera pas une grosse campagne. Qualitativement et à l’instar de 2007, on a manqué d’un peu de soleil.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité