Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Concours régional Prim'Holstein
"L'important, c'est de participer"

A Saint Symphorien des Buttes, on se prépare pour les deux jours de Vire, les 8 et 9 juin, dans un esprit d’équipe.

Sylvain Nativelle et Arnaud Lebreton, deux des associés du gaec de l’Auvrière, présentent “Royale” qui participe au régional de Vire.
Sylvain Nativelle et Arnaud Lebreton, deux des associés du gaec de l’Auvrière, présentent “Royale” qui participe au régional de Vire.
© E.C.
Créé en 1994, pour faire suite à l’exploitation familiale, le gaec de l’Auvrière, située à Saint Symphorien des Buttes, non loin de Torigni sur Vire, vit au rythme des concours. Non pas d’une façon intensive, calquant l’organisation de la ferme sur les Nationaux, régional ou départemental, mais en suivant attentivement l’actualité de la Prim’Holstein. 100% noires Sylvain et Régine Nativelle ainsi qu’Arnaud Lebreton composent le gaec. Le travail est partagé soigneusement et le troupeau de 90 P.H. largement valorisé. “Nous sommes à 100 % en “noires” souligne Sylvain. Près de la stabulation, patientant sagement pour la photo “souvenir”, “Royale” attend son heure de gloire qui sonnera peut-être au prochain régional de Vire. Cette fille de “Fatal” sur “Ugela Bell”, née en septembre 2000 est en cours de quatrième lactation. Côté morphologie, elle est impeccable avec une bonne hauteur de garrot et de solides aplombs. mmmmmm Les concours ? Les associés du gaec sont unanimes pour souligner que ceux-ci sont indispensables “pour se comparer aux autres, voir d’autres choses tout en analysant les motivations des autres éleveurs”. Sylvain Nativelle, lui, estime aussi que les manifestations de ce type sont “très intéressantes pour juger les différentes sorties de taureaux. Par ailleurs, nous vendons des vaches en lait, cela permet de prendre des contacts avec les éleveurs”. Pour Vire, le syndicat Prim’Holstein a mis un atout dans son jeu : une meilleure organisation de l’équipe portant les couleurs manchoises. Concrètement, des équipes de soins, de traite et de lavage vont être mises en place. “C’est beaucoup mieux pour les animaux, mais aussi pour les éleveurs, notamment ceux qui sont seuls”. Et oui, une fois de plus, on y revient, les concours sont, certes, indispensables pour promouvoir la race, encore faut-il que les éleveurs dégagent du temps et puissent s’organiser sur leur exploitation. Le mot de la fin pour Sylvain Nativelle, “les concours, nous n’y allons pas dans le but d’écraser les autres mais dans un esprit de participation et de groupe”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité