Aller au contenu principal
Font Size

Lin
« Linfini » s’implante dans le prêt à porter

La coopérative linière du Nord de Caen innove. Un magasin à l’usine ouvrira ses portes le 2 octobre prochain. Pour lancer sa collection, la coopérative participe à la prochaine foire de Caen.

De la filasse au produit fini, il n’y a désormais plus qu’un pas-de-porte. Chemises, pantalon ou linge de maison en lin : la coopérative de Villons-les-Buissons soigne et finit sa filière. Le 2 octobre, elle ouvre donc son magasin “Linfini”. Avec des produits finalisés, le magasin concrétise la tâche des liniculteurs. Via ses textiles naturels, la coopérative s’implante dans la mode. Elle a d’ailleurs réalisé un test grandeur nature. “L’année dernière, nous avons ouvert les portes de notre teillage. Notre vente de chemises avait extrêmement bien marché. Nous avons eu énormément de demande. Le projet s’est finalisé au premier semestre 2009. Nous avons donc décidé de franchir un cap en constituant une vitrine de la filière de A à Z. Des panneaux et un système vidéo expliqueront aussi notre métier. On voulait un aspect pédagogique. Le magasin ne se limite pas à la vente. C’est un véritable outil de communication”, explique Antoine Van-Wynsberghe, l’administrateur responsable du magasin.

À chacun son rôle
La coopérative profite d’un local disponible à côté des bureaux. Le magasin ouvrira ses portes le vendredi après-midi de 14 à 18 heures et le samedi de 10 à 12 heures, puis de 14 à 18 heures. Côté vendeuses, les épouses d’agriculteurs se mobilisent. Sept d’entre-elles se relaieront. Elles seront accompagnées par Camille Pomikal, assistante de gestion et responsable du magasin. “On a calqué notre système sur les coopératives vinicoles. Les femmes d’agriculteurs y vendent le vin en direct. Nous avons aussi visité un teillage de l’Eure qui a lancé son magasin”. Avec une structure légère basée sur le bénévolat, la coopérative limite les risques.  Principal investissement : le stock. 15 000 à 20 000 € ont été déboursés. “C’est l’aventure. Nous avons opté pour des vêtements simples. 5 modèles hommes et 6 modèles femme, déclinés en plusieurs coloris, seront proposés à la clientèle”, souligne Camille Pomikal. S’y ajoutent du linge de maison, des sets de table, des draps, des taies d’oreillers et des produits dérivés du lin.

Une filière directe avec la Chine
Les pantalons et autres chemises seront tissés en Chine, par l’un de leurs clients habituels. Les prix oscilleront entre 20 et 30 € par pièce. “Nous travaillerons en direct. Nous proposons des vêtements de très bonne qualité, sans nœuds dans les tissus”, renchérissent les responsables du magasin. Logique puisque les chemises et autres pantalons seront fabriqués à partir du lin produit par les adhérents de la coopérative ! Si la réputation du lin normand n’est plus à faire en Chine, elle demande encore à s’étendre en France. “Ce magasin se révèle un bon outil de communication pour notre fibre naturelle”, résume Antoine Van-Wynsberghe. Pour un premier essayage : rendez-vous à la foire de Caen du 24 au 28 septembre.

Foire de Caen

« Linfini » vous donne rendez-vous rue des produits normands à la foire de Caen, du 24 au 28 septembre. Une tombola y sera organisée. Un lot sera à gagner tous les jours. Pour parfaire le lancement de son magasin, des publicités-radio et la distribution de tracts sont également programmées dans les prochaines semaines.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
incendie
Toujours plus chaud, l’été normand s’enflamme
Face à l’augmentation du nombre d’incendies, la vigilance portée aux facteurs de risques liés aux travaux d’été doit être…
FDSEA 61 - Betterave jaunisse
(EN IMAGES) FDSEA et JA alertent: « le virus est partout »
Lundi 3 août, les JA et la FDSEA ont invité les responsables politiques ornais et la presse en bout de champ, à Aunou-sur-Orne.…
Publicité