Aller au contenu principal

SESSION CHAMBRE D'AGRICULTURE DU CALVADOS
Liniculture : le scénario catastrophe s’éloigne

Suite à la Covid-19, le marché du lin s’est écroulé dès le printemps dernier au point qu’on entendait, ici ou là, des préconisations de semis 2020/2021 à moins 70 %. Depuis, le fil est repassé par le chas de l’aiguille. Le pire semble évité.

SESSION CHAMBRE AGRI 14, LE LIN AU MENU
Après un début de panique, un climat de sérénité revient au sein de la filière lin.
© DR

Sous forme d’une table ronde, les élus de la Chambre d’agriculture du Calvados ont inscrit le lin au menu de leurs travaux de session qui s’est déroulée, vendredi dernier, à Saint-Sylvain. Même en mode confiné, Bertrand Gomart (président de l’association générale des producteurs de lin), Vincent Meyer (président du syndicat des producteurs de lin du Calvados), Marc Vandecandelaere (président de la coopérative linière du nord de Caen), Frédéric Lefèvre (vice-président de la coopérative linière de Cagny) et Patrick Bergman (teillage Depestel) ont redonné des raisons d’y croire.

Eviter les trous dans la raquette

Ces raisons d’y croire, c’est un marché qui repart après une période de léthargie et de nouveaux marchés qui s’ouvrent. Alors bien sûr, les outils de teillage ont été contraints de fermer leurs portes 3 semaines environ au printemps dernier pour cause de crise sanitaire, mais les cadences sont reparties sur de nouvelles bases. Le retard accumulé devrait être comblé d’ici février à avril 2021.
Parallèlement, avec une récolte 2020 qui ne restera pas dans les annales, mieux vaut éviter les trous dans la raquette. Le marché n’aime pas ça. On est donc passé d’un moins 70 % des emblavements entendus il y a quelques mois à « un moins 30 % pour accompagner le marché, invite Bertrand Gomard. Le lin va revenir, c’est une certitude, mais en attendant nous devons lever le pied, faire une pause ».
Des consignes nationales temporisées à l’échelon local. « S’il n’y avait pas eu la Covid, nous aurions manqué de matière », analyse Marc Vandecandelaere et Patrick Bergman d’ajouter : « nous sommes très confiants. On ne va presque plus parler de réduction, mais on ne peut pas être catégorique ».


Moins de lin d’hiver

Une approche donc très évolutive et qui s’explique aussi par les concessions réalisées par peur sur les emblavements en lin d’hiver. « Les liniculteurs de la coopérative de Cagny ont exprimé leur intention d’implanter du lin d’hiver à hauteur de 43 % des surfaces (les semis sont en cours) », annonce Frédéric Lefèvre du côté de la coopérative de Cagny. Que restera-t-il donc des 12 250 ha calvadosiens et 1 700 ha ornais 2020 en 2021 ? « Chacun reste maître chez soi », résument les différents teillages en invitant chacun à ne pas dépasser 10 % de sa sole totale.
Autre point de convergence : le stockage à la ferme qui devient stratégique pour alimenter, sans le saturer, le marché et ainsi éviter les coups de boutoir dans un sens comme dans l’autre. « Ce n’est pas grave d’avoir du stock, c’est une sécurité pour l’avenir », argumente Marc Vandecandelaere. Ici ou là, on évoque 1,5 à 2 campagnes sous les hangars. Encore faut-il disposer de la trésorerie pour financer de tels investissements. Ce ne sont pas les marges blé ou orge 2020 et encore moins la recette betterave sucrière qui vont y contribuer. Et si on tapait dans le plan de relance promis par le chef de l’Etat ?

 

Et quid de la betterave sucrière ?
« On ne fait pas beaucoup de bruit, mais on travaille dans l’ombre », a avancé prudemment Patrick Dechaufour. A défaut de tracer un bilan local de la campagne betteravière 2020 et pour cause, le président de la CGB Calvados-Orne-Sarthe a fait état « de rendements de 30 t/ha au sud de Paris avec même des parcelles qui ne seront pas arrachées et des campagnes de 40 jours pour certaines sucreries ». De là à affirmer qu’on va manquer de sucre dans les prochaines années, il y a un pas qui n’a pas été franchi, mais on peut décemment penser qu’il y a une place pour la betterave sucrière dans l’Orne et le Calvados pour alimenter le bassin du Grand Ouest. « Nous nous entourons de compétences pour aboutir à un avant-projet simplifié dans une configuration d’usine particulière », a juste dévoilé Patrick Dechaufour. On pourrait en savoir un peu plus début 2021.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité