Aller au contenu principal

L’installation aidée, un plus pour réussir son projet

Céline et Fabien Brard se sont installés dans l’Orne en juillet 2014. La Dotation Jeune Agriculteur (DJA) et l’accompagnement personnalisé qu’elle procure leur ont permis d’être plus sereins, de sécuriser leur projet de reprise et concourent à la pérennité de leur entreprise.

Pour Céline et Fabien, s’installer avec la DJA c’est un réel plus.
Pour Céline et Fabien, s’installer avec la DJA c’est un réel plus.
© CA 61

Un an après leur installation en agriculture, Céline et Fabien n’ont aucun regret : “nous avons fait le bon choix en reprenant l’exploitation familiale et en cédant notre entreprise d’entretien d’espaces verts. Nous avons demandé la DJA car c’est de l’argent qui permet de consolider le projet”.Le GAEC de la Guinière, à Saint-Ouen-sur-Maire dans l’Orne, se compose de 3 associés : Céline, Fabien et Marie-Thérèse, la  mère de Fabien. Ils exploitent 116 ha dont la moitié en céréales et maïs et l’autre moitié est en prairies naturelles. Suite à leur installation, ils construisent une stabulation laitière et une salle de traite pour les 700 000 litres de lait qui seront produits par un troupeau à dominante Prim’Holstein. Avec le conseiller installation de la Chambre d’agriculture, ils ont mesuré l’intérêt de rentrer dans le dispositif de l’installation dite “aidée”. En effet, au-delà de la DJA, l’installation “aidée” procure d’autres avantages financiers. Installés en juillet 2014, ils ont perçu en novembre pour leurs deux installations au total 27 000 € pour la DJA : “on aurait pu l’avoir avant si nous n’avions pas eu des difficultés pour obtenir les mutations de parcelles. Elle nous a servi pour avoir de la trésorerie et régler les 10 000 € de frais d’installation : étude économique, création du GAEC, changement de carte grise… Nous aurions eu à peu près la même chose à payer si nous n’avions pas demandé la DJA…” A cette dotation s’ajoutent différentes aides de l’état et des collectivités, ainsi que des avantages sociaux. Ainsi, ils ont bénéficié des aides du Conseil général de l’Orne : 15 200 € avec l’aide à l’investissement et 3 000 € d’aide à la mécanisation. En 2016, suite à la signature des baux à leurs noms, en tant que bénéficiaires de la DJA, ils auront un abattement de 50 % de la taxe sur le foncier non bâti, voire de 100 % si les communes ont aussi pris cette délibération. L’exonération sur le foncier non bâti est valable les 5 premières années d’installation. Cet abattement est estimé, dans leur cas, entre 2 000 et 4 000 € par an. Ils se sont  installés en 2014 et l’exonération démarra en 2016 avec la date d’effet du bail ; ainsi pour les 3 années restantes le bonus sera de 6 000 à 12 000 €.  L’abattement de 100 % d’impôt sur le revenu l’année où ils touchent la DJA va leur permettre de bénéficier d’avantages sociaux comme des prêts à taux zéro, les aides de l’ANAH (Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat) ou celles de la MSA. Cette réduction passe à 50 % les 4 années suivantes. Au total, avec les avantages indirects liés à la DJA, ils vont doubler son montant : ils estiment qu’ils bénéficieront de plus de 50 000 € d’aides à eux deux au terme de leurs 5 premières années d’installation.

Le parcours à l’installation en agriculture : un véritable accompagnement

Auparavant, quand Fabien a créé l’entreprise d’espace vert, avec Céline ils avaient fait le stage de 5 jours de créateur d’entreprise avec la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie): “C’était très généraliste. Nous avons manqué d’informations ciblées et d’indicateurs. Nous étions avec des charcutiers, des vendeurs de vêtements… C’était intéressant, mais on s’est senti seul face à notre projet et il n’y a pas eu de suivi”. A contrario avec le parcours à l’installation en agriculture, ils ont bénéficié d’un véritable accompagnement, notamment  par les conseillers Installation de la Chambre : pour les rendez-vous au Point Info Installation (PII), pour l’élaboration du PPP  (Plan de Professionnalisation Personnalisé), pour la demande de DJA et pour les visites pré et post installation*. “Au point info,  c’est un rendez-vous individuel avec un conseiller qui présente les démarches et les aides. Il nous donne des contacts et des documents, nous alerte sur différents points”. De même pour le rendez-vous PPP : “les conseillers ont bien évalué notre parcours, nos compétences et nos besoins. Les stages prescrits pour le PPP nous ont permis d’échanger avec d’autres agriculteurs et techniciens. Nous avons eu des informations et surtout cela fait se poser des questions : est-ce que j’ai bien pensé à cela ?”. Il y a eu aussi le conseiller de gestion pour le PDE, le juriste pour la création du GAEC et des techniciens rencontrés lors du stage 21 heures ou des autres stages. Pour Fabien, “les jeunes qui s’installent en agriculture ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont avec le parcours à l’installation par rapport ce qui se passe dans l’artisanat ou le commerce !” Céline ajoute : “s’installer agriculteur sans la DJA et de l’expérience, ce n’est pas la peine d’y aller. C’est se priver d’un atout et en ce moment on en a besoin !”.

* Dispositif spécifique à l’Orne et cofinancé par le Conseil général et la Chambre d’agriculture

Parcours à l’installation : qu’est-ce qui change en 2015 ?

Depuis janvier 2015, l’accompagnement à la création-reprise d’exploitation en agriculture a été renforcé. Le Point Info Installation devient le Point Accueil Installation (PAI) et ses missions sont étendues, comme celles des Centres d’Elaboration des Plans de Professionnalisation Personnalisés (CE3P).


Le Point Accueil Installation

Dans chaque département, un PAI a été labellisé. Il accueille tout créateur ou repreneur d’entreprise, quels que soient son projet, son âge et sa formation. Le PAI propose maintenant un suivi des porteurs de projets, fait le lien avec le CE3P et oriente les futurs installés vers les structures de conseil ou de formation en fonction des besoins et de l’état d’avancement des projets.


Les PAI en Normandie

- Chambre d’agriculture du Calvados : 02 31 70 25 09.

- ADASEA de la Manche : 02 33 06 48 70.

- Chambre d’agriculture de l’Orne : 02 33 31 49 05.

- Chambre d’agriculture de l’Eure : 02 32 28 67 67.

- Chambre d’agriculture de la Seine-M. : 02 35 12 50 91.

Le CE3P et les stages avant l’installation

La mission du CE3P, grâce aux conseillers projet et compétences, est d’établir, avec chaque demandeur de la DJA, un état des lieux de ses compétences avant l’installation. Puis les conseillers identifient celles qui sont à renforcer afin de faciliter la mise en œuvre et la réussite du projet du candidat. Ces échanges se traduisent par la définition d’un Plan de Professionnalisation Personnalisé (PPP), qui est agréé par la Direction Départementale des Territoires (DDT). Le futur installé doit ensuite le mettre en œuvre dans les 2 ans avant de s’installer. Dans le cadre du PPP, des actions de formation sont préconisées dont le stage 21 heures, obligatoire pour tout demandeur de la DJA. Des modules complémentaires peuvent être dispensés : formation de quelques jours, stages en exploitation ou en entreprise… A cela s’ajoute depuis 2015 le contrat de parrainage. Maintenant, le PPP pourra être mis en œuvre par tout porteur de projet ou demandeur d’aides des collectivités.En Normandie, les Chambres d’agriculture sont Centre d’Elaboration des PPP.


Votre CE3P :

- Chambre d’agriculture du Calvados : 02 31 70 25 37.

- Chambre d’agriculture de la Manche : 02 33 06 47 33.

- Chambre d’agriculture de l’Orne : 02 33 31 49 05.

- Chambre d’agriculture de l’Eure : 02 32 28 73 85.

- Chambre d’agriculture de la Seine-M. : 02 35 12 50 90.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Un accord a été signé pour 425 €/1 000 litres en moyenne nationale sur les quatre premiers mois de l'année. Les discussions continuent sur la formule de prix.
Accord avec Lactalis : le combat de l'Unell continue
Après plusieurs semaines de tensions et d'incertitudes, depuis décembre 2023, l'Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Soirée conviviale mais aussi l'occasion de faire plus ample connaissance entre élus ou délégués du Cerfrance Normandie Ouest (Calvados et Manche). Pour la petite histoire, la OLA d'avant match n'a pas suffi. Le Caen HB (dont le Cerfrance Normandie Ouest est partenaire) s'est incliné d'un petit but (35 à 36) et devra encore se battre pour assurer son maintien parmi l'élite.
Le Cerfrance Normandie Ouest lance sa nouvelle mandature
C'est à l'occasion du match de hand-ball Vikings contre Massy, vendredi 19 avril 2024 au Palais des Sports de Caen, qu'Antoine…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Publicité