Aller au contenu principal

Lisier : séparateur en phase de test

La fédération des CUMA de Basse-Normandie a testé un séparateur de phase mobile pour le traitement des lisiers. En poste fixe, ce système s'est davantage développé en Allemagne ou aux Pays-Bas. La mobilité et le partage de l'outil en CUMA pourraient rendre la démarche économiquement intéressante.

Des paroles anglaises, allemandes et françaises... En ce froid polaire de janvier, la ferme d'Olivier Anger, à Saint-Germain-de-Tallevande (14) se teinte de divers accents. Pour appréhender et tester la séparation de phase, la fédération des CUMA de Basse-Normandie a fait appel à un savoir-faire étranger. La marque GEA a répondu à cette sollicitation. Les 17 et 18 janvier derniers, deux élevages du secteur de Vire ont accueilli deux journées d'essai. Deux exploitations, présentant des lisiers plus ou moins solides, ont été sélectionnées pour ces tests.

Un lisier pressé
Sur le papier, le concept s'avère assez simple. Le lisier est pressé dans le but d'obtenir des fractions solides et liquides. « Ce principe existe depuis presque 20 ans, souvent en fixe. Les séparateurs de phase ont peu percé en France pour des questions de coût (environ 30 000 €) », explique Florian Frémont, conseiller agroéquipement. Cependant, l'essor des systèmes lisier et l'agrandissement des troupeaux changent la donne.  Dans les élevages, les problématiques de stockage existent. Les nouvelles normes environnementales peuvent accentuer ce phénomène. « Nos adhérents n’ont jamais eu autant de questions sur ce sujet qu’aujourd’hui. La séparation de phase est une piste pour éviter de reconstruire de nouvelles fosses. Recourir à cette solution nécessite de miser sur le collectif ».


Réduire le stockage
L’objectif des CUMA est d’observer la consistance des produits obtenus. Le réseau veut également savoir dans quelles proportions l’opération réduit le volume de la fosse. Après passage dans le séparateur de phase, la fraction liquide s'apparente à un lisier liquide. « C'est un peu comme une eau, néanmoins celle-ci conserve des éléments fertilisants », précise le technicien. Des analyses à venir devraient permettre d'en définir la teneur. « L’épandabilité » est améliorée et permet l’utilisation d’un pendillard. Cette technique répond aux exigences agronomiques des agriculteurs puisque les pertes par volatilisation sont limitées.

La faisabilité dépend aussi de la réglementation
La fraction solide a, elle, l'aspect d'un compost proche des 30-35 % de matière sèche. Les périodes d’épandage peuvent ainsi être allongées. Cependant, l’intérêt de la démarche dépend de l’administration. Le réseau CUMA a ainsi interrogé la DDTM du Calvados. La question est de savoir dans quelle catégorie est classée la phase solide. Est-ce un lisier ou un compost qui peut être stocké au champ ? En attendant le retour des autorités, la fédération des CUMA reste dans le flou. De cette réponse dépend la faisabilité du projet. 
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité