Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

llll L’Interprofession soutient le festival de la viande à Torigny-les-Villes

Une interview de Chloé Serre (directrice d’Interbev Normandie).

© TG

Elle prend part à l’organisation des concours qui mettent en valeur les différents maillons de la chaine. Et pendant cette journée du 17 novembre, elle sera là pour répondre aux interrogations des consommateurs. 

>> Que représente le Festival de la viande pour le comité régional interprofessionnel ?
C’est un rendez-vous important, tant au niveau du nombre d’éleveurs que des consommateurs qui s’y déplacent. C’est avant tout une vitrine des savoir-faire des différents maillons de la chaîne. Il s’agit de montrer le rôle de l’éleveur qui, via le soin et la préparation des animaux, propose des bêtes de concours, soignées, travaillées, réfléchies, dans l’alimentation, la génétique… Son travail est vraiment mis en avant.
Les commerçants de bestiaux ont également un rôle important. Ces marchands ont à cœur de trouver le bon débouché. Pour tout type d’animal, il y a un débouché, un type de qualité attendu, un type de consommation. Les commerçants de bestiaux s’attachent à valoriser au mieux les animaux.
Les abattoirs sont aussi des éléments essentiels. C’est là où les animaux sont transformés. Il y a un vrai savoir-faire. Même si les gens ont une image assez négative, il ne faut pas oublier qu’un animal stressé ou maltraité avant son abattage ne rendra pas une bonne viande. Ce n’est pas dans l’intérêt de la filière ni de l’abattoir.

>> Pourquoi et comment vous soutenez cet événement ?
On soutient l’organisation financièrement parce que sur une seule manifestation, on donne la possibilité de voir tous les maillons, tous les savoir-faire et la diversité des pratiques. Il y a une vraie richesse.
Avec le Syndicat des bouchers de la Manche, on accompagne le concours de l’Entrecôte d’or. Il permet de mettre en lumière le savoir-faire du boucher.
On finance une animation de démonstration de découpe avec des bouchers et on renouvelle le concours des GMS qui devront valoriser les produits d’hiver. Plus des deux tiers de la viande sont valorisés en grande surface. C’est un débouché non négligeable. Et eux aussi, ils ont un savoir-faire qui permet de mettre en valeur la viande.
Et cette année, nous y aurons un stand pour répondre à toutes les questions des consommateurs, distribuer au public différents éléments et informations sur les attentes et les enjeux sociétaux, environnementaux, sur la protection animale mais aussi des recettes. On pourra évoquer la place de la viande dans l’équilibre alimentaire. 

>> Justement, quelle est la place de la viande dans les assiettes aujourd’hui ?
Le choix de manger de la viande relève de celui du consommateur. Mais pour nous, il est important qu’il soit éclairé. Nous sommes là pour contrer les messages simplistes qui consistent à dire que la viande n’apporte pas d’éléments essentiels dans l’équilibre alimentaire. Or, c’est faux. Aujourd’hui, si on se passe de la viande, il faut se complémenter en B12. Celle qui se trouve dans les végétaux n’est pas assimilable par l’homme. La viande assure un apport en protéine, en fer… Pour nous, il nous semble plus sain et simple de consommer de la viande pour avoir son apport nutritif et être en bonne santé.
Nous mettons aussi l’accent sur l’intérêt de manger de la viande française. Nous sommes sur des discours de qualité et non de quantité. Il ne s’agit pas de manger de la viande matin, midi et soir. Mais ne pas l’oublier dans l’assiette.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité