Aller au contenu principal
Font Size

Elevage
Logettes : choisir une bonne séparation et un réglage adapté pour le confort des vaches laitières

Le gabarit des vaches laitières a augmenté significativement au cours des dernières décénies. La taille des troupeaux conduit des éleveurs à choisir de plus en plus les logettes pour les vaches laitières. Ils recherchent une meilleures organisation du travail ainsi que des vaches propres et en bonne santé.

La logette est un compromis entre un couchage confortable pour la vache, le respect du mouvement lever-coucher, une station debout confortable et un minimum de souillures dans la logette.

Les principales formes de séparations de logette

On distingue deux modèles principaux de séparations : classiques ou à tubes droits. Traditionnellement les séparations classiques sont fixées au sol et forment un bat-flanc complet contenant la vache en haut et en bas. Elles offrent une zone d’appui pendant le coucher. Les séparations plus récentes à tubes droits sont conçues pour donner plus de liberté à l’animal en dégageant totalement la partie basse. Le risque est alors de voir l’animal se coucher totalement en travers et occuper en partie les logettes voisines.


Qu’est-ce qu’une bonne séparation de logette ?

Il existe de plus en plus de modèles de logettes et il en sort de nouvelles tous les ans. Peu ou pas d’études permettent aujourd’hui de les classer en fonction de leur confort.

Une bonne logette doit :


• contenir la vache

- l’animal ne doit trop déborder sur les logettes voisines ;

- la barre inférieure est nécessaire pour permettre un appui latéral pendant le coucher ;

- la vache dispose d’un espace propre.

• Offrir assez de place pour permettre le mouvement de l’animal au moment du lever et du coucher

- pas de tube frontal à moins de 1 m de haut ;

- attention aux fixations sur double lisse à l’avant ;

- mur ou rangée de bottes de pailles à bonne distance.

• Eviter toutes blessures causées par le contact de zones sensibles du corps avec le tubulaire.

• Permettre le réglage de la barre de cou et l’adapter à la taille des vaches.


Priorité au positionnement de l’arrêtoir au sol et de la barre de cou (au garrot)

Les réglages de l’arrêtoir au sol et de la barre de cou sont plus importants que le choix de la séparation de logette. L’arrêtoir au sol est indispensable pour donner un repère d’avancement à la vache pour son espace de couchage. L’onglon ou la patte butte sur un obstacle (arrêtoir au sol, sangle en position basse) faisant comprendre à l’animal qu’il est suffisamment avancé. La barre de cou a un rôle complémentaire sur l’avancement de la vache. Elle empêche l’animal de franchir l’arrêtoir au sol. Elle permet d’orienter la tête de l’animal vers le bas pour inciter et favoriser le couchage. Attention, cette barre doit porter sur le cou, partie souple de l’animal pour éviter les risques de blessures au niveau de la colonne vertébrale. Pour cette raison, la dénomination “barre de cou” est plus appropriée que “barre au garrot”, terme plus couramment utilisé.

Je prends en compte le gabarit de mes animaux

Pour assurer un confort optimum des animaux, le réglage doit tenir compte du gabarit des plus grands animaux du troupeau. Deux critères facilement mesurables sont à considérer :

- longueur diagonale  de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse (ischion) ;

- hauteur au garrot.

Mode opératoire

- Faire une liste des vaches ayant les plus gros gabarits et représentant au moins le 1/4 de l’effectif du troupeau.

- Pour avoir des mesures fiables, il faut que les vaches soient bien positionnées et droites (au cornadis ou dans un couloir de contention).

- Il est nécessaire d’être à deux personnes dont l’éleveur situé à l’avant de l’animal.

- Les deux critères sont à mesurer selon le schéma présenté sur la photo. La longueur diagonale est mesurée avec un ruban souple d’au moins 2 mètres. Il est positionné bien droit, sans toucher le ventre de l’animal, afin de ne pas la surestimer.

- Calculer la longueur diagonale moyenne et la hauteur moyenne au garrot des animaux mesurés.

Le réglage des logettes pour des vaches laitières adultes

L’objectif principal d’une séparation est de contenir l’animal dans son espace, conservant l’accès des places voisines aux autres vaches. Le réglage dépend du gabarit des animaux : on peut prendre en compte la longueur diagonale et la hauteur au garrot pour définir un gabarit petit moyen ou grand.La disposition des logettes dans le bâtiment conditionne la longueur à prévoir.Face à un mur, une profondeur plus élevée de la logette peut être nécessaire pour assurer une réserve de paille à l’avant. Attention à l’effet guillotine au passage de la tête de l’animal entre l’avant de la logette et le mur. Cet espace doit être inférieur à 18 cm ou supérieur à 30 cm.Face à face, plusieurs dimensions sont possibles entre les séparations pour assurer cette réserve :

- 50 à 90 cm pour un simple passage d’homme et un apport de paille à la pailleuse ;

- 1,60 à 1,80 m pour le déroulage de bottes de paille rondes ;

- minimum 3 m pour le passage d’un tracteur.

La tendance des nouvelles séparations est de donner plus d’espace en dégagement latéral, voire de proposer des barres souples qui entraînent des risques de couchage en biais. Pour y remédier, les fournisseurs proposent de réduire la largeur de la logette à 115 cm (tableau 1).

Positionnement de l’arrêtoir et de la barre de cou

Il est calculé à partir des mesures du gabarit :

- distance entre le seuil et le début de l’arrêtoir au sol = longueur diagonale moyenne des animaux + 7 cm = A ;

- distance entre le seuil et l’avant de la barre de cou = A + 10 cm ;

- hauteur de la barre de cou : entre 105 et 113 cm selon le gabarit.

Mes logettes sont-elles bien réglées ?

Les observations doivent se faire de préférence avant la traite, ou pendant une période de repos après le repas. L’observation des animaux permet de voir si les logettes des vaches laitières sont bien dimensionnées, correctement réglées, si des éléments sont blessants ou si le revêtement de sol est satisfaisant (paillage, tapis, sciure...).Une vache est considérée comme correctement couchée dans une logette notamment si :

- elle est dans le bon sens… C’est une question de bon sens !

- les pattes et le bassin ne dépassent pas du seuil de la logette ;

- l’arrière de l’animal ne doit pas être avancé de plus de 20 cm par rapport au seuil ,

- les épaules et les hanches ne sont pas en contact avec les séparations ;

- l’animal n’est pas trop engagé à l’avant afin d’éviter tout contact agressif avec les tubulures au moment du relevé.

Une vache est considérée bien positionnée debout dans la logette si :

- la tête est avancée sous la barre de cou ;

- elle bouse dans le couloir ;

- les pattes arrière sont bien d’aplomb à 10 cm du seuil.

Le relevé des vaches étant plus facile à observer, les hésitations au relevé, les contacts voire les chocs avec les tubulures, les glissades à l’arrière, le manque de place à l’avant pour projeter la tête… sont des signes de réglages incorrects.Si plus de 20 % des vaches ont des gros jarrets (tarsites) avec des plaies, cela peut être lié à l’agressivité du seuil de la logette ou une position de couchage trop en arrière (en limite du seuil).Les espaces libres compris entre 10 et 30 cm peuvent être un “piège à pattes” donc à proscrire.

En savoir plus

Un document de 12 pages (2012) “Concevoir et installer des logettes” reprend l’ensemble des références pour les ajuster au contexte et aux équipements d’aujourd’hui.Cinq thèmes largement illustrés permettent de faire le tour des points à aborder avant d’arrêter son choix :

- logettes ou aire paillée ;

- choisir une bonne séparation, des logettes bien réglées ;

- le sol des logettes ;

- l’organisation interne d’un bâtiment équipé de logettes ;

- l’entretien et la mise en service des logettes.

Cette brochure est téléchargeable sur les sites Chambres d’agriculture Basse-Normandie - rubrique bâtiments.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité