Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Economie
L’Orne : futur poumon logistique d’Agrial

Agrial s’installe à Sarceaux (61). La coopérative y implantera sa plateforme logistique dès 2013. Ses 20 000 m2 permettront de répondre au développement des activités de son réseau de magasins. Argentan bénéficie d’une position centrale dans la zone couverte par Agrial.

Tout est allé très vite. Six mois ont suffi. Un semestre symbole d’une volonté politique d’Argentan et du développement d’Agrial. Ce laps de temps est qualifié de “remarquable”, par les porteurs du projet. La communauté de communes du Pays d’Argentan a répondu à la sollicitation de la coopérative. Laurent Beauvais, président de la région Basse-Normandie, a revêtu sa casquette de président de la communauté de communes. Les premiers contacts ont débuté à l’été 2010. La collectivité a ensuite modifié son plan local d’urbanisme et créé la zone Actival Orne 2. L’intervention de la Safer a également fluidifié la mécanique du projet. Les 20 000 m2 de plate-forme borderont la nouvelle autoroute A 88. Plus de 100 personnes devraient travailler sur le nouvel outil. Le pays d’Argentan devient ainsi le centre logistique du groupe Agrial pour ses activités de distribution.

Le “barycentre” logistique d’Agrial dans l’Orne
Les sites d’approvisionnement de Coutances et Carentan saturent. Ludovic Spiers, directeur général d’Agrial, présente donc
l’investissement comme une nécessité. Le groupe compte aujourd’hui 220 magasins de proximité. “Actuellement, nous collaborerons avec une coopérative amie des pays de la Loire. Notre zone s’est étendue, avec notamment l’arrivée d’Union Set. De plus, notre réseau de magasins de proximité, avec les produits agricoles mais aussi grand public, se développe. Nos sites manchois ne suffisent plus. Et nos fournisseurs préfèrent passer par une plate-forme logistique”. En 2013, la plate forme de Sarceaux entrera en service. Les structures de Coutances et Carentan fermeront alors leurs portes. “Mais, elles seront réutilisées pour stocker les aliments du bétail”, précise la coopérative.
Reste le choix de l’emplacement. Ludovic Spiers évoque le “nouveau barycentre d’Agrial”. La nouvelle plate-forme alimentera 7 départements : le Calvados, la Manche, l’Ille-et-Vilaine, la Mayenne, la Sarthe et l’Indre-et-Loire. “Le réseau autoroutier a tout changé. Nos études le montrent. Le barycentre indiscutable de la coopérative se situe désormais entre Argentan et Sées”, insiste Ludovic Spiers. La motivation des élus d’Argentan a ensuite facilité la décision des dirigeants du groupe. 

25 hectares reloués
aux agriculteurs
Pour cette implantation, la Safer de Basse-Normandie a joué son rôle. L’organisme a engagé la procédure d’acquisition des terrains. La structure a intensifié son intervention foncière, en contactant propriétaires et agriculteurs. Agrial acquiert 41 hectares. Ce type d’activité, un périmètre de sécurité est obligatoire. Cette surface répond aussi à des perspectives d’évolution. “Le conseil d’administration de la coopérative avait transmis un cahier des charges clair : attention aux consommations d’espaces agricoles superflues”, affirme Jean-Luc Duval, vice-président d’Agrial. Les 25 ha réglementaires non utilisés seront donc reloués aux agriculteurs. Sur les quatre exploitations concernées, deux poursuivront leurs travaux dans le même périmètre. Les deux autres ont bénéficié des services de la Safer, avec des terres retrouvées sur le secteur. “Il est évident que nous préférons que nos bâtiments soient entourés de cultures, plutôt que de pelouse”, insiste Jean-Luc Duval. De son côté, Jean-Pierre Fontaine salue cette volonté. “Agrial reste l’outil des agriculteurs. Elle montre que la consommation de terre peut-être raisonnée”, souligne le président de la Safer. En ligne de mire : la plateforme d’une grande enseigne à Cagny, réputée gourmande en espaces verts...  

10 000 m2 supplémentaires à court terme
Avec cette plateforme, Agrial mise sur le long terme. Ludovic Spiers estime la durée de vie de l’outil à 50 ans. “Nous avons réfléchi l’implantation avec nos collègues qui pratiquent le même métier. Si demain une restructuration s’opère, la plateforme ne sera pas remise en question”. Et déjà, une extension de 10 000 m2 est envisagée. Elle permettrait de transférer la plateforme de stockage des produits agricoles située à quelques kilomètres.

Laurent Beauvais président de la région Basse-Normandie et de la communauté de communes du pays d’Argentan :
“Je ne suis qu’un facilitateur de ce projet à dimension régionale. À un moment où les communautés de communes sont décriées dans l’Orne, c’est bien l’intercommunalité d’Argentan qui porte ce développement économique. Les autoroutes A28 et A88 ou le ferroviaire donnent une vocation logistique au pays d’Argentan”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité