Aller au contenu principal
Font Size

A l'Ouest les Cuma mettent plein gaz sur l'emploi !

Pour répondre aux besoins croissants en main-d'œuvre dans les exploitations, les Cuma développent leur service emploi. C'est le thème qui a été mis en avant le 14 février dernier, pour l'assemblée générale à Rennes de la FR Cuma Ouest.

Jean-Luc Boursier, président de la FR Cuma Ouest.
Jean-Luc Boursier, président de la FR Cuma Ouest.
© DRAN

Dans les années 40, l'idée de départ des Cuma était de mutualiser les besoins en mécanisation. « Aujourd'hui, la problématique ne porte plus sur la mécanisation mais sur la main-d'œuvre et nous devons exploiter la capacité qui nous est donnée de créer des groupements d'employeurs », explique Jean-Luc Boursier, président de la FR Cuma Ouest. Depuis la loi travail de 2016, l’activité groupement d’employeurs en Cuma n’est plus limitée à une proportion de la masse salariale. Cette possibilité de développer sans limite l’activité groupement d’employeurs a conduit la FNCuma à mettre en œuvre une étude dont l’objectif était de « comprendre la variété des modes d’organisation de la mise à disposition de personnel sur les exploitations pour envisager le développement de l’activité groupement d’employeurs en Cuma ». Ainsi, avec la diminution de la main-d'œuvre sur les exploitations et la nécessité de s'appuyer sur des compétences spécifiques, l'emploi est devenu un axe stratégique. Pour les Cuma, le service complet occupe une place charnière vers le développement de la mise à disposition de personnel. Le service complet que peut proposer la Cuma, consiste à fournir à l’exploitant la main-d'œuvre et le matériel nécessaire pour effectuer une prestation. C’est une première étape pour intégrer une personne extérieure sur l’exploitation. D'autant plus que les Cuma proposent une diversité de métiers, du chauffeur au secrétaire, en passant par le mécanicien ou le salarié d'exploitation. « Cette diversité est un atout pour fidéliser les salariés dans les Cuma et de nouvelles demandes de compétences se font jour avec les ressources humaines (RH), la médiation et le management », ajoute Jean-Luc Boursier.

Témoignage d'Hélys
Pour illustrer cette notion d'emploi en groupe, la FR Cuma Ouest avait invité Caroline Thieffry, directrice du groupement d'employeurs multi sectoriel Hélys. Il s'agit d'une association de 150 dirigeants qui se partagent 60 collaborateurs. Pour atteindre son temps plein ou temps partiel choisi, le salarié travaille en moyenne dans deux ou trois entreprises. Beaucoup de fonctions sont développées à Hélys. Sur le territoire de Rennes, Hélys a surtout développé son activité autour des fonctions support (RH, communication, comptabilité, qualité…). « Pour développer le groupement, le premier défi est que les entreprises se connaissent. Partager de l'emploi n'est pas naturel, c'est un outil d'innovation sociale », a témoigné la directrice d'Hélys. Elle a également insisté sur la notion de confiance, de gouvernance forte et l'importance de la formation. Pour compléter cette présentation Christophe Perraud, de la Cuma La Cordiale (trois exploitations) à Saint-Hilaire-de-Clisson (44), est venu témoigner de son expérience en matière de groupement d'employeurs. « À l'origine, c'est un accident qui nous a amenés à réfléchir sur nos besoins en main-d'œuvre et nous avons poursuivi avec une réflexion sur le travail, avec le soutien du conseil départemental et de la chambre d'agriculture et le dispositif RH+», confie Christophe Perraud. Aujourd'hui, pour cet emploi partagé, la conduite de matériel représente 60 % du temps, avec une répartition, conduite de tracteurs à la belle saison et travail d'élevage et d'entretien en hiver. Le travail est planifié de manière hebdomadaire, et les aspects administratifs sont gérés par l'union des Cuma. Après quatre ans de recul, le stagiaire est devenu salarié, avec pour projet d'installation dans un des Gaec du groupement.

Pour répondre aux interrogations des professionnels, le réseau Cuma Ouest organise de façon régulière des MécaÉvènement. Le prochain MécaÉlevage aura lieu le 14 juin sur la commune de la Séguinière, à côté de Cholet (49), et s'organisera autour d'une journée de démonstrations et de débats sur les thèmes suivants : qualité des fourrages, chaîne récolte herbe (fanage/andainage), épandage lisier, digestat et fumier, méthanisation, autonomie protéique des exploitations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité