Aller au contenu principal

Un collectif départemental vient de se créer
"Lutter contre le suicide en milieu rural"

La Basse-Normandie, notamment la Manche, est particulièrement touchée par les actes de désespoir extrêmes.

Médecins, associations, caisses maladies de la Manche viennent de créer un collectif de lutte contre le suicide
Médecins, associations, caisses maladies de la Manche viennent de créer un collectif de lutte contre le suicide
© E.C.
La prévention du suicide a été reconnue comme une des dix priorités de santé publique lors des deux premières conférences nationales de santé de 1996 et 1997. Avec 400 suicides en moyenne par an entre 1988 et 1995, la Basse-Normandie se placait (après la Bretagne) parmi les régions où l'excès de suicide est le plus marqué : 30 actes par an pour 100 000 habitants (Calvados : 28; Manche : 31; Orne : 30). On aurait observé 280 suicides, si le taux national (20/100 000 habitants) s'appliquait à la Basse-Normandie. Plus de 45 ans La surmortalité régionale concerne surtout les hommes et les femmes âgés de plus de 45 ans, vivant en milieu rural (Bocage virois - sud de la Manche et de l'Orne). Le suicide, s'il reste un acte individuel, résulte d'une perte de références par rapport à son groupe social, témoignant d'une insertion insuffisante de la personne par suite des changements des relations familiales, amicales ou de travail. Souvent, un état dépressif précède l'acte suicidaire. Face à ce triste constat, un collectif départemental de prévention du suicide dans la Manche s’est créé, la semaine dernière, à Saint-Lô, rassemblant tout le corps médical, les caisses maladies et les associations. Objectifs ? “Mettre en place un observatoire s’appuyant en particulier sur la psychologie du suicide; échanger et réfléchir sur les pratiques de prise en charge du risque suicidaire sur le département; enfin assurer la formation des professionnels des secteurs sanitaires, sociaux, éducatifs et médico-sociaux ainsi que des bénévoles des associations concernées dans l’évaluation du risque suicidaire et de sa prise en charge”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Publicité