Aller au contenu principal

Un collectif départemental vient de se créer
"Lutter contre le suicide en milieu rural"

La Basse-Normandie, notamment la Manche, est particulièrement touchée par les actes de désespoir extrêmes.

Médecins, associations, caisses maladies de la Manche viennent de créer un collectif de lutte contre le suicide
Médecins, associations, caisses maladies de la Manche viennent de créer un collectif de lutte contre le suicide
© E.C.
La prévention du suicide a été reconnue comme une des dix priorités de santé publique lors des deux premières conférences nationales de santé de 1996 et 1997. Avec 400 suicides en moyenne par an entre 1988 et 1995, la Basse-Normandie se placait (après la Bretagne) parmi les régions où l'excès de suicide est le plus marqué : 30 actes par an pour 100 000 habitants (Calvados : 28; Manche : 31; Orne : 30). On aurait observé 280 suicides, si le taux national (20/100 000 habitants) s'appliquait à la Basse-Normandie. Plus de 45 ans La surmortalité régionale concerne surtout les hommes et les femmes âgés de plus de 45 ans, vivant en milieu rural (Bocage virois - sud de la Manche et de l'Orne). Le suicide, s'il reste un acte individuel, résulte d'une perte de références par rapport à son groupe social, témoignant d'une insertion insuffisante de la personne par suite des changements des relations familiales, amicales ou de travail. Souvent, un état dépressif précède l'acte suicidaire. Face à ce triste constat, un collectif départemental de prévention du suicide dans la Manche s’est créé, la semaine dernière, à Saint-Lô, rassemblant tout le corps médical, les caisses maladies et les associations. Objectifs ? “Mettre en place un observatoire s’appuyant en particulier sur la psychologie du suicide; échanger et réfléchir sur les pratiques de prise en charge du risque suicidaire sur le département; enfin assurer la formation des professionnels des secteurs sanitaires, sociaux, éducatifs et médico-sociaux ainsi que des bénévoles des associations concernées dans l’évaluation du risque suicidaire et de sa prise en charge”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité