Aller au contenu principal

Luzerne déshydratée : perspectives de développement

Si tout n’est pas parfait pour la luzerne déshydratée, la filière a réussi à stopper la baisse des surfaces, et la réorientation de l’offre lui offre des perspectives plus intéressantes, d’autant plus que la demande française comme internationale est porteuse.

« On tire notre épingle du jeu malgré les cours mondiaux et les prix du lait », a commenté Serge Faller, directeur de Desialis, à l’occasion de la conférence de presse de Coop de France déshydratation dressant le bilan de l’année 2017 pour la luzerne déshydratée, le 6 février. Depuis quelques années, la filière a en effet réussi à compenser la baisse des aides PAC à l’hectare, grâce notamment à une segmentation de l’offre et à un élargissement de la gamme qui ont redonné du revenu aux producteurs. Les outils industriels ont réalisé les investissements nécessaires pour un développement sur le marché de la balle (au détriment des pellets), qui constitue un nouveau débouché. En 2017, 2000 ha supplémentaires ont été emblavés, et la production a atteint 850 000 tonnes, contre 745 000 en 2016, un niveau proche de celui existant avant la baisse des aides. Un bon bilan auquel il faut ajouter les résultats satisfaisants au niveau du taux de protéines, en progression depuis quatre ans pour atteindre 18 % en 2017. « La baisse des surfaces que nous observions depuis 2007 est terminée », indique Eric Masset, président de Coop de France déshydratation. Un regain d’intérêt pour la luzerne qui s’explique aussi par le Plan protéines, et par la possibilité de l’utiliser sur les Surfaces d’intérêt écologique.

Nouveaux débouchés
Mélange de fibres et de protéines, les balles sont en effet de plus en plus demandées pour l’alimentation animale, en lien avec la demande sociétale et avec des préoccupations plus fortes sur la santé animale. Et si les cours du lait ont pénalisé la filière ces derniers temps, « les éleveurs commencent à redemander nos produits », témoigne Serge Faller. Avec la progression du lait bio, la demande en luzerne déshydratée bio est également en croissance. Avec 35 000 tonnes en bio, la France est déficitaire et espère pouvoir fournir d’ici quelques années les 8 000-10 000 tonnes manquantes, aujourd’hui importées (principalement d’Italie). D’une façon générale, la demande européenne de luzerne de haute qualité augmente, et la segmentation effectuée par la filière, avec des produits comme la luzerne énergie ou la luzerne cheval, est une stratégie rémunératrice. Les exportations avoisinent d’ailleurs les 49 % pour 2017, vers des marchés comme l’Europe du Nord, mais aussi la péninsule arabique, cette dernière offrant de belles perspectives puisque l’Arabie Saoudite a décidé d’arrêter leur production en 2019, et que les Etats-Unis se concentrent sur le marché chinois, laissant le champ libre aux Français sur ces nouveaux marchés. « Nous avons la capacité à répondre à la demande », insiste Eric Guillemot, directeur de Coop de France déshydratation. Cependant, pour accompagner la dynamique, certains leviers sont à actionner, comme le souligne le plan de filière de la luzerne déshydratée. Premièrement, le besoin d’une politique globale, cohérente. La filière s’inquiète par exemple de la politique de gestion des quotas de gaz à effet de serre, prévue pour 2021, qui taxerait les industriels du secteur au même titre que les industriels classiques, sans tenir compte du fait que la production de luzerne permet de stocker davantage de carbone que la déshydratation n’en émet. Dans le même ordre d’idées, « nous voulons initier une rémunération des aménités positives de la luzerne », ajoute Eric Guillemot, pour plus de cohérence avec les exigences sociétales. Enfin, deux points sont particulièrement soulignés par le directeur de Coop de France déshydratation : la nécessité d’orienter les formations et d’enseigner aux jeunes la possibilité d’utiliser la luzerne dans la ration laitière, et l’importance d’investir dans la recherche. Des leviers qui permettraient à la luzerne déshydratée française de relever avec succès le défi grandissant de la production de plantes riches en protéines.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
Publicité