Aller au contenu principal

Manche
Machines à traire : on recrute

Une soixantaine de postes sont à pourvoir à court terme. Concessionnaires et installateurs peinent à trouver une main d’œuvre qualifiée.

© EC
Le comble dans un marché du travail plutôt morose. L’agriculture recrute, cette fois dans le secteur des machines à traire. Les concessionnaires sont unanimes : difficile, voir impossible de trouver du personnel. La Manche dispose d’un outil précieux en la matière, l’un des deux seuls établissements français dispensant ce type de formation. Encore faut-il trouver des volontaires.

Susciter des vocations
Christophe Corbet, responsable du Centre de formation pour adultes, Bernard Blondel, directeur de l’ensemble des structures de l’Abbaye de Montebourg ou encore Eric Lecler, président de commission des installations et contrôle des machines à traire pour la Chambre d’agriculture, avec une vingtaine de représentants de concessions et installateurs, ont planché sur le sujet, mercredi dernier. “C’est clair, il y a des besoins à satisfaire. En intégrant un module “machine à traire” dans les différentes formations agricoles, on peut arriver à susciter des vocations”. Du côté des installateurs, on souligne que les techniciens, notamment en maintenance, sont plutôt issus de formations techniques classiques (frigoristes électrotechniciens) et ne connaissent pas l’agriculture, d’où une appréhension certaine.
Bon an, mal an, le CFA donne 15 à 20 000 d’heures de cours aux stagiaires suivant le CS “conduite de l’élevage laitier”, la licence professionnelle “métiers du conseil en élevage” (en partenariat avec l’ESA d’Angers), la formation d’agents de remplacement, la formation de salariés et d’éleveurs et bien sûr la formation au contrôle machine à traire (Optitraite). Montebourg, avec un peu de rénovation, pourrait mettre en place des formations longues en CQP monteur en installation de traite et technicien SAV automatisme de traite. “C’est une demande régulière des concessions. Des référentiels de ces formations existent, disponibles auprès du SEDIMA. Il faut réfléchir la cohérence de ce projet”. Même topo sur les formations courtes. “Les concessionnaires souhaitent que leurs agents abordent l’anatomie et la physiologie de la mamelle, la qualité du lait ou encore l’hygiène de la traite”.
Tout le monde est d’accord pour que Montebourg reste “le” pôle de référence en matière de formation “machines à traire”. Cela passe obligatoirement par une meilleure communication vis-à-vis de personnes ne connaissant pas le monde agricole. Une soixantaine de postes sont à prendre au niveau régional. De quoi faire rêver ceux qui sont en manque de formation.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité