Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Solidarité
Madagascar compte les MFR à la douzaine

Voilà 10 ans que le réseau MFR a mis pour la première fois le pied à Madagascar. L’occasion de rendre quelques comptes

8MFR (Maison Familiale et Rurale) existantes et 3 en projet indique la plaquette destinée au public français. “En fait, on en dénombre 12”, rectifie Ando Razafindralandy, venu tout droit de Tananarive (la capitale) témoigner du travail réalisé par la Fondation des MFR à Madagscar. C’était jeudi dernier à Maltot (14). La Fédération régionale des MFR organisait une rencontre sur le thème de “l’éducation au développement international” à l’occasion du 10e anniversaire du partenariat avec Madagascar. 150 personnes dont 90 jeunes issus des MFR de Basse-Normandie ont échangé avec Ando et Gauthier Ricordeau, volontaires français et malgache, travaillant pour l’Union Nationale des MFR Malgaches à Tananarive. 
80 % des finances vont au projet
Si le “Réussir autrement” (slogan des MFR, fonctionne aussi à 10 000 km de Paris, c’est qu’il a placé l’homme et ses besoins à la base de son action. Pas question de faire du copié/collé pour dupliquer le modèle français mais associer dans une démarche commune tous les acteurs. Tous les acteurs, ce sont d’abord les élèves des MFR qui organisent régulièrement différentes actions pour lever des fonds. 80 % de ces fonds vont directement aux projets. Cela leur permet aussi de financer leurs propres voyages comme en 2004. Pendant 3 semaines, 12 jeunes et 5 adultes des MFR bas-normandes ont participé à la construction de la MFR de Tanamboa. Les permanents comme Ando et Gauthier servent de courroie de transmission. A l’autre bout de cette chaîne de solidarité: des élèves, garçons et filles, hypermotivés par la formation par alternance. Ils parcourent entre 5 et 40 km à pied, avec leur sac sous le bras et le riz sur la tête pour payer l’écolage (les frais de scolarité). “On se lève à 5 h pour commencer les travaux à 5 h 30, a raconté Ando. On alterne la théorie et la pratique. Mais on joue, on chante aussi comme les jeunes de chez vous”. Un message d’espoir venu d’un pays qui pointe à la 147e place (sur 174) sur l’échelle du développement. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité