Aller au contenu principal

Fourrage
Maïs ensilage : semis de ray-grass sous couvert

La technique de semis de ray-grass sous couvert de maïs permet d'avoir à la fin de l'automne une culture intermédiaire efficace pour piéger l'azote résiduel et protéger le sol. Il constitue une alternative intéressante pour résoudre dans les parcelles sensibles les problèmes de perte d'azote ou d'érosion. Il faut cependant adapter son programme de désherbage.

Une implantation plus efficace
L'efficacité d'une culture intermédiaire semée entre deux maïs est souvent aléatoire dans les régions peu précoces. Le semis y est trop tardif, généralement en octobre. Compte tenu du délai nécessaire à l'implantation du ray-grass, celui-ci n'est efficace qu'à la sortie de l'hiver, c'est à dire après la période intense d'érosion ou de lessivage. La solution est d'avancer la date de semis du ray-grass, soit en cultivant une variété de maïs très précoce ensilée en septembre ce qui permet une mise en place du couvert au début de l'automne soit en semant le ray-grass sous couvert de maïs.

Pratiquer un désherbage mixte
Le semis de ray-grass sous couvert de maïs peut être réalisé dans la cadre d'une stratégie de désherbage mixte ou de “désherbinage” à condition de ne pas avoir appliqué dans l'entre-rang des herbicides de pré-levée (exemples : Harness, Trophée, …). L'emploi d'herbicides de post-levée quant à lui ne pose pas de problème de rémanence pour le ray-grass.
Le désherbage mixte combine les moyens chimique et mécanique grâce à l'utilisation d'une bineuse. Deux itinéraires sont possibles. Le premier prévoit un passage en plein à 4-5 feuilles du maïs puis un binage à 8 -10 feuilles. Le deuxième prévoit en premier passage à 5-6 feuilles du maïs d'une bineuse équipée d'un kit de pulvérisation pour traitement sur le rang et un second passage à 8-10 feuilles de la bineuse.
Le semis du ray-grass sous couvert se fera quel que soit l'itinéraire de désherbage choisi lors du second passage.

Semer le ray-grass au stade 8-10 feuilles du maïs
Il faut prévoir de semer le ray-grass lorsque le maïs a atteint le stade 8 feuilles au moins. Compte tenu du temps que met le ray-grass à lever, le maïs a alors atteint le stade 12-13 feuilles ; à ce stade, il ne peut plus être concurrencé par la présence du ray-grass.
La terre ameublie par le binage autorise le semis du ray-grass dans des conditions acceptables. Il est semé simultanément avec la bineuse en équipant celle-ci d'éléments semeurs. Les graines sont déposées sur le sol puis légèrement enfouies par le peigne fixé à l'arrière de la bineuse. Le semis à la volée est irrégulier sauf si les graines de ray-grass sont alourdies par un enrobage d'argile.
Les ray-grass (RGI, RGH ou RGA) sont les espèces les plus intéressantes car elles résistent assez bien aux agressions des matériels de récolte du maïs ensilage. La dose/ha de semences de ray-grass est de 20 kg/ha environ.
Les crucifères, comme le colza, sont quant à elles trop sensibles à l'écrasement.

Des résultats intéressants
Le rendement du maïs n'est ni pénalisé par le semis de ray-grass sous couvert ni par les techniques de désherbage mixtes dès lors que l'on assure un bon contrôle des adventices, c'est d'ailleurs une règle générale quelle que soit la stratégie de désherbage compte tenu de la sensibilité du maïs à la concurrence des mauvaises herbes (graphique 1).
Dès la récolte du maïs ensilage, le ray-grass semé sous couvert talle abondamment pour devenir opérationnel rapidement (2 à 3 semaines après l'ensilage du maïs).
Au début du printemps, le rendement de celui-ci est nettement plus élevé que le ray-grass semé à l'automne après la récolte du maïs ensilage. La quantité d'azote absorbée par le ray-grass est également multipliée par 2 ou 3 par rapport au témoin. (tableau 1).
Nathalie DILLY
Chambre d'agriculture de la Manche
ndilly@manche.chambagri.fr
www.manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
RecyOuest monte son usine à Argentan
Après sept ans d’existence, la startup normande a pu poser la première pierre de son usine de recyclage de ficelles et de filets…
Publicité