Aller au contenu principal
Font Size

Maïs
Maïs fourrage sur pied : déterminer le prix de base 2011

Comme chaque année à pareille époque, nous vous proposons un prix de base 2011 du maïs sur pied correspondant au produit du maïs grain que le vendeur pourrait espérer de sa parcelle. Attention, cette base de transaction sera la plus juste autant pour le vendeur que pour l’acheteur à condition de connaître au mieux le tonnage et la matière sèche (MS) du maïs ensilé.

Pour l’acheteur après avoir prix en compte des coûts supplémentaires liés à la récolte (ensilage et transport) et d’un taux de perte au silo, il pourra comparer différents produits de substitution, selon leurs contraintes alimentaires, au prix de la tonne brute rendue auge de cet ensilage de maïs à acheter.

A quel prix pourrait être vendu le maïs grain cet automne et quel produit pour le vendeur ?

La difficulté à cette période de fin d’été est de prévoir à quel prix le maïs grain pourrait se vendre cet automne. La volatilité des cours compliquent cet exercice de prévision, mais au regard des dernières cotations du maïs grain rendu port de Bordeaux, nous vous proposons de retenir pour calculer le produit d’un hectare de maïs grain 2011 trois niveaux de prix brut de vente du quintal de grain : 15, 18 et 20 € (tableau 1).Le vendeur rajoutera au prix brut 1,50 € par quintal de perte de fertilité des sols par exportation de la plante entière au lieu de l’enfouissement des résidus. Il déduira 0,087 € de taxes + 2,51 €  de récolte et transport du grain et 2,50 € pour le séchage (grain à 15% d’humidité) soit un total de 5,097 € par quintal à retirer du prix brut (tableau 1).


Quel coût final pour l’acheteur de maïs sur pied ?

Afin de pourvoir comparer la tonne brute de MS rendue auge de l’ensilage de maïs à éventuellement des produits de substitution, il est important pour l’acheteur de rajouter au prix d’achat du tableau 1 les frais de récolte (ensilage et transport) et un taux de pertes au silo. Vous retrouverez dans le tableau 2 le coût final pour l’acheteur d’ensilage de maïs par tonne de MS ou par tonne brute en tenant compte d’un forfait de 25 € de frais de récolte (ensilage et transport) par tonne de MS et d’un taux de pertes au silo de 10%. Comme pour de nombreuses transactions, il est possible de modifier les nombreux repères retenus (taux MS, rendement, frais récolte…) afin de rechercher le meilleur équilibre entre le vendeur et l’acheteur pour que chacun trouve bien son compte au final.

Quel prix d’équivalence de différents aliments de substitution à l’ensilage de maïs ?

Afin de répondre à cette question les membres du groupe d’alimentation régional, qui réunit les Ingénieurs Lait des Chambres d’Agricultures et Conseils d’Elevage de Normandie, ont établi un prix d’équivalence de différents produits de substitution à l’ensilage de maïs selon leurs principales valeurs alimentaires (MS, UFL, PDI, encombrement, minéraux…), en tenant compte d’un prix pour le blé de 23 € le quintal (dont 3 € lié au broyage) et 35 € le quintal pour le tourteau de soja. Attention, l’ensemble des calculs a été réalisé à partir de valeurs alimentaires bien précises proposées par l’INRA (cf. tableau 3). Pour des valeurs différentes, n’hésitez pas à revoir le calcul avec votre conseiller d’élevage. A partir du tableau 3, il est alors possible de connaître le prix d’équivalence de différents produits de substitution selon 5 niveaux de prix de la tonne brute d’ensilage de maïs rendue auge titrant 35% de MS et 0,91 UFL par kg de MS.Ainsi sur la base d’un quintal de blé broyé à 23 € et d’un quintal de tourteau de soja à 35 €, le prix d’équivalence d’un foin épié s’établit à 86 € la tonne, et 67 € la tonne de drèche de brasserie humide pour une tonne brute d’ensilage de maïs à 45 € rendue auge. Si vous trouvez sur le marché du foin récolté au stade épiaison à moins de 86 € ou de la drèche de brasserie à moins de 67 € la tonne brute, il est plus judicieux d’acheter ces aliments à la place de votre ensilage de maïs à 45 € la tonne brute rendue auge.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité