Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Maïs semé pour le Festival de la Terre

Le semis de la vitrine d’essai maïs est effectif. Une vingtaine de personnes, jeunes agriculteurs et fournisseurs, était sur le terrain de Arnaud Chapdelaine, président des JA du canton Saint-Pois/Brécey.

© SB

Dans moins de trois mois, le Festival de la terre et de la ruralité se déroulera à Saint-Maur-des-Bois, près de Villedieu-les-Poëles. Ce dimanche 4 septembre, les jeunes agriculteurs de la Manche seront à pied d’œuvre pour que la manifestation qui accueille plus de 10 000 personnes, soit un nouveau succès.
D’ores et déjà, les JA des cantons de Saint-Pois/Brécey s’organisent. Lundi dernier, ils étaient sur une parcelle de Arnaud Chapdelaine, agriculteur à Saint-Maur-des-Bois, et à la tête des JA du canton. Au programme, le semis de la vitrine d’essai maïs. C’est par cette entrée que les visiteurs seront accueillis. « C’est notre allée de bienvenue », souligne Emilie Le Brun, animatrice du réseau.
Dans le champ, se trouvaient plusieurs semoirs, les jeunes agriculteurs et les semenciers. « Ils sont huit à avoir fourni la semence », indique Jean-François Dorenlor, vice-président en charge du Festival. Cet espace constitue une véritable vitrine des différentes variétés de maïs. Et le jour J, les fournisseurs seront présents pour être au contact des visiteurs.

Un terrain de 20 ha
La vitrine essai maïs n’est juste qu’une petite partie du Festival qui s’étendra sur une vingtaine d’hectares dont 7 ha de parkings. Une surface nécessaire pour accueillir l’ensemble des animations. Le programme débutera dès 10 h 30 avec la messe en plein air célébrée pour la seconde année consécutive par Monseigneur Le Boulc’h. Suivra la restauration et le top départ des animations à partir de 13 h 30.  Démonstration de 4L cross, balade en calèche, baptême de quad, pôle enfant avec structures gonflables, atelier de maquillage, exposition de matériels agricoles neufs et occasions, mini-ferme, village des OPA... Du côté des animaux, le Festival sera le support du concours d’arrondissement. Quant au concours régional des ovins, il revient pour la seconde année. Cette nouvelle édition accueillera également la finale du concours régional de labours. « Elle tourne dans les cinq départements, et cette année c’est chez nous », indique Emilie Le Brun. Alors, la surface nécessaire est d’autant plus importante. Mais c’est sur les terres de Arnaud Chapdelaine qu’elle a été trouvée dans sa globalité. Parallèlement à l’ensemble des animations, un marché du terroir sera organisé. Ouvert aux producteurs  locaux, c’est une occasion de faire valoir le savoir-faire. « Il ne faut pas hésiter à se faire connaître. Les emplacements sont gratuits pour les producteurs issus des deux cantons », précise l’animatrice. Rendez-vous le 4 septembre à Saint-Maur-des-Bois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité