Aller au contenu principal

Dimanche 9 mars
Maisons Familiales Rurales : jeunes et familles attendues ce dimanche

En ouvrant grandes leurs portes, les 30 établissements MFR, Instituts Ruraux et Centres s’apprêtent à expliquer aux jeunes et aux familles ce qui se cache derrière leur slogan historique “Réussir Autrement”.

Roland Grimault, Directeur de la fédération Régionale des MFR de Basse-Normandie “c’est un grand défi pour nos équipes d’assurer sur la durée la vitalité et la qualité des relations parents - jeunes - maîtres de stage. C’est tout aussi important que la qualité des enseignements !”.
Roland Grimault, Directeur de la fédération Régionale des MFR de Basse-Normandie “c’est un grand défi pour nos équipes d’assurer sur la durée la vitalité et la qualité des relations parents - jeunes - maîtres de stage. C’est tout aussi important que la qualité des enseignements !”.
© DR
Toutes les équipes sont sur le pont, certains jeunes et certains administrateurs également pour accueillir ce Dimanche les jeunes et les familles en recherche d’orientation ou de formation. Pionnière de la formation par alternance, les MFR seront donc en mesure Dimanche d’expliquer et d’illustrer leur pédagogie dont l’une des grandes originalités reste la possibilité d’accompagner des jeunes dès 14 ans dans des formations s’appuyant pour la moitié du temps au moins sur le milieu professionnel “grandeur nature”. Les établissements MFR ne développent pas tous la même spécialité mais l’ensemble des secteurs de formation suivantes sont proposés en Basse-Normandie : Agriculture-Elevage, Services aux Personnes, Agroéquipements, Horticulture-Travaux Paysagers, Travaux Forestiers et Elagage, Aquaculture, Elevage et Activités Hippiques, Elevage Canin et Animalerie, Tourisme-Réception, Hôtellerie-Restauration, Commerce-Distribution, Secrétariat-Gestion.

Vie sociale
Accueillis pour la plupart en internat, les jeunes en MFR font également l’apprentissage de la vie sociale au travers des activités quotidiennes. Les formations proposées par les MFR sont sous statut scolaire mais selon les filières, plusieurs qualifications sont également accessibles en contrat d’apprentissage, en contrat de professionnalisation ou encore avec un statut de stagiaire de la formation professionnelle (formations pour adultes). Rien de tel qu’un petit tour dans l’une ou l’autre des MFR de Basse-Normandie pour se forger sa propre idée. Pour tout renseignement : FRMFR Basse-Normandie : tél. 02 31 53 55 20 (www.mfr.asso.fr).

Ancien élève des MFR vous-même, quel conseil donneriez-vous aux jeunes et aux familles intéressés par la formation en MFR ?

Je leur dis bien sûr de profiter de l’occasion pour découvrir les locaux, les activités… Mais je les invite également à poser toutes les questions sur ce qui fait l’essentiel de la formation en MFR : les stages (choix des stages, thèmes d’étude proposés, suivi…) mais aussi sur la vie quotidienne à la MFR. Ces aspects là, souvent, ne se “voient pas” alors que ce sont eux pour l’essentiel qui font la force des formations en MFR !

L’alternance reste donc la grande originalité des MFR ?

Oui, mais avec un intérêt à deux niveaux :
- Pour la plupart des formations, les jeunes sont en alternance tout en demeurant sous statut scolaire. Ils peuvent ainsi découvrir plusieurs entreprises, voire plusieurs secteurs professionnels sur des périodes de stage assez longues. Il ne s’agit pas seulement de périodes d’observation sur quelques jours mais bel et bien de participer à la vie des entreprises.
- Dans les formations qualifiantes enfin : BEPA, Bac. Pro et même BTS, l’alternance constitue une véritable première expérience professionnelle souvent décisive pour rentrer dans la vie active.

Quel rôle jouent les adultes dans les MFR ?
Un rôle essentiel et c’est la deuxième originalité majeure de la pédagogie. Qu’ils soient moniteurs, maîtres de stage, tuteurs ou parents, tous des adultes entourant le jeune en formation sont appelés à se mobiliser concrètement au service de son projet. Quand chacun joue son rôle, c’est réussi ! C’est un grand défi pour nos équipes d’assurer sur la durée la vitalité et la qualité des relations parents - jeunes - maîtres de stage. C’est tout aussi important que la qualité des enseignements !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité