Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Gestion
Maîtrise des charges de structure : l’agrandissement est-il une solution ?

“Faut-il s’agrandir pour abaisser ses coûts de structure ?”. A priori non, ou en tout cas pas toujours ! C’est ce que révèle une étude conduite par la Chambre d’agriculture de Normandie en partenariat avec l’atelier régional des CER France Normandie et avec le concours financier de la région Basse-Normandie.

Surface agricole et niveau de charge de structure : une relation complexe
500 exploitations laitières spécialisées bas-normandes ont été positionnées dans le graphique ci-contre en fonction de leur taille et du niveau de leurs charges de structure (voir définition dans l'encadré). Des exploitations laitières de surface identique (A et B) peuvent avoir des niveaux de charges de structure du simple au double, tandis que des exploitations qui affichent des charges de structure comparables (C, A et D) peuvent avoir des surfaces très différentes.
Un calcul statistique sur ces données révèle qu'il n'y a pas de lien entre la taille et le niveau de charges de structure. Ce n'est donc pas parce qu'une exploitation est plus grande qu'elle affiche des charges moins élevées à l’hectare.
Les charges de structure ne baissent pas avec l'accroissement de la taille des exploitations. Ceci est également observé dans d'autres zones laitières (systèmes laitiers du nord de l'Europe).
Le lien entre taille du quota et charges de structure aux 1 000 litres est du même ordre : il n'existe pas de corrélation entre le niveau de charges de structure et la taille des exploitations. L'étude des systèmes mixtes et grandes cultures donne des résultats équivalents.
L'analyse des écarts entre exploitations montre que le niveau des charges de structure illustre les choix successifs des exploitants dans des domaines extrêmement variés : la technique, le patrimoine de l'exploitation et de la famille, la sécurité au travail, le confort de travail et/ou des animaux, l’image de l'exploitant, la fiscalité, l’organisation du travail, l’indépendance… L’interaction et l’arbitrage de l’agriculteur sur tous ces facteurs conduisent à un niveau de charges totalement indépendant des simples caractéristiques structurelles de l’exploitation dont la taille fait partie.La Basse-Normandie peut mieux faire sur ses charges de structure
Par rapport à ses régions voisines ou encore à la moyenne française, la Basse-Normandie affiche un montant de charges élevé. Le produit total y est aussi plus important. Les charges (notamment les charges de structure) sont beaucoup plus importantes que celles des autres régions. Ramenées à l'UTA, elles sont supérieures de 9 000 € par rapport aux Pays de la Loire (Source : RICA 2003). Les postes qui expliquent principalement cet écart sont le matériel, le fermage, l'amortissement des bâtiments et les charges de personnel. Des efforts peuvent être faits en termes d'organisation du travail, de choix de matériel et de coût des bâtiments d'élevage.

Comprendre la stratégie des exploitants les plus performants
27 exploitants parmi les plus performants dans la maîtrise de leurs charges de structure ont été rencontrés.
L'optimisation des facteurs de production (main-d'œuvre, matériel, animaux…), conjuguée à un bon niveau technique et des investissements raisonnés qui évitent le suréquipement, apparaissent comme le tiercé gagnant.
La recherche d'économies pures (niveau de charges le plus faible) n'entraine pas automatiquement un meilleur revenu.
Les formes de mutualisation (travail en commun, Cuma, ETA) n’apparaissent pas toujours comme des vecteurs stricts d’économie dans les résultats de gestion.
Les entretiens ont mis en lumière des freins puissants aux solutions quand elles entravent l’indépendance des agriculteurs : problème d'entente, rupture complexe et coûteuse, disponibilité du matériel, coût, adaptation du matériel, dépendance… Le secteur agricole, comme tous les
autres, développe des comportements de plus en plus individualistes.
La maîtrise des charges de structure ne semble pas être un sujet de préoccupation des agriculteurs. La méconnaissance et l’étonnement des agriculteurs enquêtés sur leur bonne performance en matière de charges de structure montrent que ce résultat n’est pas l’aboutissement d’une stratégie construite. Signe d'un très gros travail de sensibilisation à entreprendre.

michel.lafont@normandie.chambagri.fr

 

En savoir plus :

www.normandie.chambagri.fr 

Charges de structure : définition
Les charges de structure sont liées à la disponibilité et à la
mise en œuvre de l'appareil de production (terres, bâtiments,
équipements, main-d'œuvre permanente…).
A la différence des charges opérationnelles, les charges de
structure ne peuvent être affectées (ou difficilement) à telle ou telle production de l'exploitation.
Elles se distinguent en 5 catégories.
La méthode de calcul du réseau CER France est basée sur la
comptabilité de l'exploitant.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité