Aller au contenu principal

Sanitaire
Maîtriser la qualité sanitaire de ses produits fermiers laitiers

La réglementation en matière de maîtrise de qualité sanitaire des produits fermiers varie en fonction du mode de commercialisation des produits.

La réglementation en matière de maîtrise de qualité sanitaire des produits fermiers varie en fonction du mode de commercialisation des produits.
La réglementation en matière de maîtrise de qualité sanitaire des produits fermiers varie en fonction du mode de commercialisation des produits.
© CA 50

Dans le cas où les produits sont destinés à la vente directe, l’obtention d’un agrément sanitaire n’est pas demandée. Cependant, la responsabilité des producteurs est engagée.Dans le cas où les produits sont destinés à la vente à des intermédiaires, l’agrément sanitaire devient obligatoire. Il permet au producteur de commercialiser selon tout type de circuit et sur l’ensemble du territoire européen.


Objectifs et champ d’application de la réglementation

Les objectifs de la réglementation sanitaire concernant l’hygiène des denrées alimentaires sont multiples :- garantir la sécurité alimentaire des aliments ;

- assurer un niveau élevé de protection de la santé des consommateurs ;

- permettre la libre circulation des produits.

La dernière réglementation ou “Paquet Hygiène” introduit la notion de chaîne alimentaire. L’ensemble de la filière de l’alimentation, “de la fourche à la fourchette”, est concerné.


Moyens à mettre en œuvre

Les professionnels disposent d’une certaine latitude sur les moyens à mettre en place pour atteindre les objectifs fixés. Néanmoins, les professionnels doivent désormais élaborer des procédures fondées sur les principes HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point ou analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise) qui visent à analyser les dangers et définir les points critiques pour mieux les maîtriser. Cette méthode prend en compte 3 types de risques : biologiques, chimiques et physiques. Elle prend également en compte les 5 causes principales de dysfonctionnement ou “5M” :

- main d’œuvre ;

- matériels ou moyens ;

- méthodes ou modes opératoires ;

- milieu ;

- matières.

Concrètement, cela passe par la mise en place de feuilles de fabrication, de mode opératoire de nettoyage et désinfection… autant d’écrits permettant de garantir la salubrité des aliments qui seront remis aux consommateurs. Ces documents d’assurance qualité doivent être considérés comme des garanties du bon déroulement de fabrication ainsi que d’un suivi sérieux des produits et non comme une charge supplémentaire de travail. En complément, le recours aux Guides de Bonnes Pratiques d’Hygiène (ou GBPH) est fortement encouragé. Ces guides, rédigés par les différentes familles professionnelles et validés par l’administration, ont pour vocation d’aider les professionnels concernés à atteindre les objectifs fixés par la réglementation sanitaire.Dans le cas de processus de fabrication simple, la sécurité peut reposer uniquement sur les Bonnes Pratiques d’Hygiène (ou BPH).

Formation
Vous avez mis ou allez mettre en place un atelier de fabrication de produits laitiers fermiers et vous souhaitez vous mettre en conformité avec la réglementation en vigueur…… faites nous part de vos besoins. Nous pouvons adapter notre programme de formation en fonction des demandes. Ainsi, nous pouvons mettre en place une formation de 2 jours pour :

- étudier la réglementation et connaître les responsabilités sanitaires de votre structure ;

- connaître les obligations du Plan de Maîtrise Sanitaire (ou PMS) ;

- identification des différents dangers alimentaires : microbiologiques, physiques, chimiques et allergènes ;

- apprendre à mettre en œuvre la méthode HACCP et utiliser le GBPH ;

- connaître les éléments d’un dossier d’agrément.



Tél : 02 33 06 48 89 ou bienvenue@manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
Publicité