Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Coopérative
"Maîtriser le succès du lin"

Les volumes de la dernière campagne ont compensé la baisse des prix pour les adhérents de la coopérative linière de Cagny. C'est le principal message de la dernière assemblée générale.

La coopérative compte aujourd'hui 155 adhérents. Un chiffre en augmentation.
La coopérative compte aujourd'hui 155 adhérents. Un chiffre en augmentation.
© V.M.
La coopérative linière de Cagny (14) a tenu son assemblée générale vendredi au foyer rural de Cagny. L'exercice 2005 montre un résultat en hausse. Ce dernier atteint 72 000 euros contre 10 000 pour l'exercice précédent. Néanmoins, Philippe Pagny a invité les coopérateurs à poursuivre leurs efforts. "Si nous faisons tous un effort, nous grappillerons encore quelques euros. Le temps teillage est conditionné par le travail en plaine". La cadence horaire moyenne sur les deux teilleuses a ainsi été de 44,55 Qx/heure contre 45,80 Qx/heure pour la campagne précédente. "L'activité 2005 est agréable à commenter. Nous constatons un bon rendement et un coût de teillage compétitif. La qualité des fibres était également au rendez-vous", souligne Philippe Pagny. Les bons rendements conjugués à un coût de teillage compétitif permettent d'afficher une recette moyenne de 2 603 euros à l'hectare. Seul bémol : le prix de la filasse a été divisé par deux en quatre ans. Cependant, les responsables de la coopérative notent un redressement des cours. Un phénomène qui s’expliquerait par les mesures du Cipalin. L’interprofession linière a organisé le blocage de 15 000 tonnes. “Nous n’avons pas participé à ce blocage. Nous ne bénéficions pas de capacité de stockage suffisante. Nous avons donc choisi de continuer à vendre”. Le Cipalin propose également des rencontres régulières de tous les teilleurs français, pour mettre en place une classification commune des fibres longues. “Il reste encore un long chemin à parcourir avant de posséder la maîtrise du marché”, constate Philippe Pagny. Usine : réduction des heures Les planteurs ont engagé 1 715 hectares pour la prochaine récolte. 2006 sera marqué par la baisse des rendements. Les prix restent eux inchangés. Avec une moyenne de 60 quintaux à l’hectare, les responsables de l’usine ont décidé d'arrêter les deux postes. L’usine fonctionnera de nouveau 50 heures par semaine dès avril. "2005 avait été abondante en poids de paille. Pour éviter trop de report, nous avions embauché des CDD. Nous sommes à la limite de la rentabilité de l'usine pour avoir deux postes. Il nous faudrait 2 000 hectares. Là, nous sommes à 1850-1 900 hectares mais avec des poids moyens de paille à 6,5 t, nous ne pouvons pas pérenniser deux postes. Un seul nous suffit. C'est une gestion très difficile. Chaque année, nous nous remettons en cause". Même si la campagne actuelle de teillage se révèle décevante, Philippe Pagny s'est montré rassurant. "Envisageons une maîtrise de nos surfaces afin qu'à tout moment nous puissions assurer l'équilibre dont dépend la sauvegarde de nos revenus (...). Je suis optimiste dans un proche avenir et convaincu de la nécessité de maîtriser le succès du lin". Autres propos positifs : l'Association Générale des Producteurs de Lin a mis en avant des marchés potentiels. Des places sont à prendre sur le marché américain. Selon l'AGPL, une solution à l'aspect froissé du lin doit néanmoins être trouvée. V.M.En chiffres - Récolte 2005 adhérents : 143 323,80 Qx (1 847 hectares). - Achat de paille 7 189 Qx (89 hectares). - Poids moyen de paille à l'hectare : 77,58 Qx soit 17 Qx de plus que l'an dernier. - La retenue de teillage est fixée à 490 euros/heure (pour les deux chaînes). - Coût réel du kilo de paille teillé : 0,105 euros. - Recette moyenne à l'hectare : 2 600 euros primes comprises (contre 1 752 euros en 2004).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité